Entreprise

Dexia reste un dossier délicat pour la Belgique. La banque franco-belge, qui est soumise à un plan de résolution approuvé le 28 décembre 2012 par la Commission européenne, a déjà beaucoup coûté aux contribuables belges (5,623 milliards) et français (5,579 milliards). Elle continue à faire l’objet de discussions intenses, même parfois tendues, entre la France et la Belgique, avec des divergences de vues sur la manière d’opérer la liquidation. Les discussions sont d’autant plus intenses qu’il nous revient que la Banque centrale européenne (BCE) aurait fait comprendre aux deux Etats qu’elle ne souhaitait plus superviser Dexia en 2021, quand prendra fin le plan de résolution et la garantie des deux Etats. L’occasion de faire le point.

1 Qu’est-il arrivé à Dexia est où en est la banque aujourd’hui ?

Pour rappel, le groupe Dexia est né de la fusion entre le Crédit communal de Belgique et le Crédit local de France. Il fut au bord de la faillite en 2008 lors la crise du subprime et puis a subi le coup de grâce en 2011 avec la crise de la dette souveraine. Suite à cette débâcle, les actifs bancaires en Belgique ont été repris par l’Etat belge, devenu actionnaire à 100 % de ce qui a été rebaptisé Belfius. Tous les autres actifs qui ont pu être vendus (comme la BIL à Luxembourg) ont été vendus. Reste la structure Dexia, dont le bilan tourne aujourd’hui autour de 200 milliards d’euros (contre environ 800 milliards en 2008).

Dans le bilan, le chiffre le plus remarquable est l’exposition aux risques crédits. Il s’agit notamment de crédits aux municipalités. Et force est de constater que cette exposition baisse lentement. Le portefeuille d’actifs a été ramené de 132 milliards en 2015 à 117 milliards en 2016.

Le plan de résolution arrivera à échéance en 2021. C’est à cette date-là que les garanties apportées par les Etats prendront fin. Le plafond global des garanties de financement est de 85 milliards, dont 51,41 % à charge de la Belgique, 45,59 % pour la France et 3 % pour le Luxembourg. "Les garanties actuelles s’élèvent à environ 70 milliards", nous précise Fabienne Carlier, porte-parole de Dexia.

2 Y a-t-il un risque de perte de la licence bancaire ?

...