Entreprise

Lufthansa a retiré des réseaux sociaux un clip promotionnel vantant ses vols vers la Russie en vue du Mondial de football, après avoir reçu de nombreuses critiques car le spot a été tourné en Ukraine.

La compagnie aérienne allemande s'est excusée, expliquant avoir filmé en Ukraine, pays en conflit avec la Russie, pour "des raisons logistiques".

"Pour les films et surtout pour les publicités, il est courant de ne pas les tourner dans les lieux originaux. Il s'agit de refléter l'idée que se fait le spectateur du lieu", a déclaré à l'AFP un porte-parole de Lufthansa.

Le clip mettait en scène des supporteurs de football allemands se rendant en Russie et cherchant à y reproduire tout ce qu'ils avaient déjà fait lors de leur voyage 4 ans plus tôt à Rio lors de la précédente Coupe du Monde, remportée par l'Allemagne.

Sauf qu'une "plage" située près d'une rivière sur laquelle les amis se retrouvent dans le film a été rapidement reconnue comme étant située à Kiev.

"Nous avons vu dans les premiers commentaires que cette vidéo heurtait plusieurs clients. Nous le regrettons fortement et nous excusons pour cela. C'est pourquoi Lufthansa a déjà supprimé le film sur toutes les plateformes sociales dès ce week-end", a poursuivi le porte-parole.

Le ministère des Affaires étrangères ukrainien Pavlo Klimkine n'a pas manqué d'ironiser à ce sujet sur Twitter: "Je comprends pourquoi Lufthansa a préféré organiser ses tournages en Ukraine plutôt qu'en Russie : chez nous, c'est beau et sans danger".

"Mais duper est interdit. Il vaut mieux tourner en Ukraine (des vidéos) sur l'Ukraine. Je propose (à Lufthansa) d'utiliser les matériaux tournés pour fabriquer une publicité cool de ses vols à Kiev", a-t-il poursuivi.

L'Ukraine est en proie depuis quatre ans à un conflit opposant les forces gouvernementales à des séparatistes prorusses qui a fait plus de 10.000 morts.

Kiev et les Occidentaux accusent la Russie de soutenir militairement les rebelles, ce que Moscou dément.

Depuis les accords de Minsk en février 2015, des trêves successives ont permis de réduire le niveau des violences sans toutefois mettre un terme définitif à l'effusion de sang.