Entreprise

Des candidats "extrêmement sérieux" existent, dont des entreprises wallonnes, pour reprendre les trois sociétés du groupe Wow (à Naninne, Achêne et Namur) qui ont déposé le bilan début mai, entraînant une centaine de licenciements, a indiqué mardi le ministre wallon de l'Économie Jean-Claude Marcourt. 

Les trois sociétés (WOW Technology, équipements automatisés pour des applications industrielles, WOW Company, fabrication de boules à vagues, et WIN Tech, machines destinées aux menuiseries industrielles) ont fait aveu de cessation de paiement le 2 mai, à la suite de lourds problème comptables et de gestion. Les conditions de faillite étant réunies, un curateur a été désigné et le personnel licencié, soit une centaine de personnes concernées.

Les syndicats, qui ne disposent pas de délégués au sein de l'entreprise, avaient craint que cette rapidité ne signifie l'absence d'un repreneur. Mais ce n'est pas le cas, selon une réponse du ministre Marcourt (PS) à une question d'Isabelle Moinnet (cdH) en commission du parlement wallon.

Le savoir-faire des travailleurs a d'ores et déjà "suscité de nombreuses marques d'intérêt", a affirmé le ministre, qui avait demandé à la SOGEPA - le bras financier de la Région pour la continuité des entreprises - de prendre le dossier en main. Le curateur a rencontré plusieurs candidats repreneurs. Aucune offre ferme n'a été faite à ce stade - le délai a été bref - mais la volonté est d'agir vite pour éviter une fuite de talents "extrêmement convoités", a ajouté M. Marcourt.

Le curateur devrait faire part des offres lors d'une audience du tribunal de commerce prévue ce jeudi.

"Tous les espoirs restent permis sur la renaissance de la société", estime le ministre, qui dit privilégier le maintien de l'actif et des travailleurs dans la région namuroise. Restera la question est la valeur de la reprise. "Cela prendra un peu de temps", concède le ministre.