Entreprise

Nicolas Van Rymenant garde le sourire. Il sort pourtant de trois années éprouvantes avec, à la clé, un constat d’échec. Ce 2 mars, lui et ses six partenaires ont tiré la prise de leur plateforme Menu Next Door. La veille, ils s’étaient retrouvés au restaurant. "Pour fêter ça", dit ce Bruxellois de 32 ans qui a toujours aimé faire la fête avec ses potes.

"Il faut passer par l’échec pour réussir", dit-il. Autodidacte façonné, au fil des dix dernières années, par le Web et tout ce qui touche à l’univers des start-up, Nicolas Van Rymenant a l’entrepreneuriat dans le sang. "Mon premier projet ? Je voulais arrêter le diabète dans le monde ! J’avais un voisin qui travaillait chez IBM et, chaque fois que j’avais une question, je lui demandais ce qu’il fallait faire. Cela n’a abouti à rien, mais c’est comme ça que j’ai découvert l’entrepreneuriat."

Passionné par Internet, il dirigera ensuite une boîte de vidéos en ligne pour apprendre à jouer au golf ! En parallèle, avec Mathieu Gillet (qui deviendra le directeur financier de Menu Next Door), il lancera une agence de référencement et de marketing digital. "Mais à un moment, j’ai voulu repartir d’une page blanche avec un projet innovant et ciblant les particuliers." Ce sera le début de l’aventure "humaine hors norme" de Menu Next Door.

Nicolas Van Rymenant incarne, à bien des égards, cette nouvelle génération de startu peurs qui, très à l’aise avec les nouvelles technologies, n’hésite pas à se lancer à fond dans des projets novateurs en sachant très bien que, dans beaucoup de cas, ils se termineront par un échec.

Nicolas Van Rymenant est l'Invité du samedi de LaLibre.be.


Quelle était votre idée en démarrant Menu Next Door au printemps 2015 ?

Notre vision était de changer la manière dont on...