Entreprise

Niky Terzakis est le fondateur et le patron de la nouvelle compagnie belge Air Belgium qui prendra son envol "pour fin juin 2017". Si tout va bien. "On a pris un peu de retard sur certaines étapes, mais on devrait être dans les temps", sourit l’ancien directeur de TNT à l’aéroport de Liège.

D’où vous est venue l’idée de créer une compagnie aérienne belge ?

Je me suis rendu compte qu’il y avait un trou à combler. Il y a très peu de vols directs depuis la Belgique vers l’Asie. Et on a bien l’intention de s’adresser à l’ensemble du marché, à savoir les touristes, les groupes et les hommes d’affaires. Notre compagnie n’a donc rien à voir avec les vols charters de groupes chinois depuis Liège, même si nous serons en concurrence pour un certain type de clientèle. Nous proposerons des vols réguliers vers la Chine, en priorité, mais pas uniquement. D’autres pays asiatiques sont dans nos plans.

Avez-vous déjà choisi l’aéroport belge depuis lequel vos avions décolleront ?

On prendra une décision définitive à la fin du mois de mars : on ira là où la clientèle se trouve. Cela se jouera entre Bruxelles (Zaventem) et Charleroi. Il y a des "pour" et des "contre" des deux côtés. Tant les considérations techniques, comme la longueur de la piste, que les coûts, l’accessibilité ou les connectivités sont importants. Les hommes d’affaires vont déjà à Charleroi, puisqu’ils représentent 17 % des passagers de l’aéroport. Je ne connais pas une entreprise qui évite désormais le low cost, même Brussels Airlines propose ce type de vols.

A Charleroi, il y a un problème de piste qui n’est pas assez longue pour accueillir vos avions long courrier...

(...)