Entreprise

Le géant finlandais des téléphones mobiles, Nokia, en pleine restructuration depuis plus d’un an pour enrayer son déclin sur le marché, a annoncé jeudi de nouvelles mesures de réduction des coûts qui entraîneront la suppression de 10 000 emplois dans le monde d’ici la fin de 2013. "Ces réductions d’effectifs prévues sont une conséquence difficile des mesures que nous pensons devoir prendre pour assurer la compétitivité à long terme de Nokia", affirme le directeur général du groupe Stephen Elop dans un communiqué. Selon un analyste de la banque Nordea, Sami Sarkamies, la situation est telle que des groupes plus solides pourraient être tentés de racheter Nokia. Le finlandais a récemment perdu sa place de numéro 1 mondial des mobiles et s’est lancé depuis plus d’un an dans un immense plan de restructuration. Ces nouvelles suppressions d’emplois s’inscrivent dans le cadre d’une réduction des coûts supplémentaire de 1,6 milliard d’euros d’ici fin 2013. En avril, Nokia a annoncé un résultat trimestriel désastreux avec une perte sèche de 929 millions d’euros du fait de la baisse des ventes de 30 % d’une année sur l’autre. Les mesures envisagées qui sont déjà en discussion avec les syndicats vont provoquer la fermeture des sites Nokia à Ulm (Allemagne) et Burnaby (Canada). Nokia a confirmé jeudi la vente de sa marque de grand luxe Vertu au fonds d’investissements EQT VI. Le plan concerne également la hiérarchie de Nokia. Dans le cadre de sa restructuration, Nokia s’est engagé dans une transition technologique pour remplacer son système d’exploitation maison Symbian par un autre en partenariat avec Microsoft, l’ancien employeur de Mr Elop. Ce partenariat a donné naissance à la ligne de smartphones Lumia dont apparemment, les prix vont être revus à la baisse. Des appareils de type smartphone qui doivent évoluer. Nokia a également annoncé jeudi "l’acquisition prévue d’actifs du suédois Scalado qui fournit actuellement la technologie d’imagerie à plus d’un milliard d’appareils". En Bourse, l’action Nokia a chuté de 20% hier. (D’après AFP)