Entreprise

Quelque 1.600 personnes sur 9.000 travailleurs ont quitté la banque ING depuis l'annonce de la restructuration en octobre 2016, affirme samedi le patron d'ING Belgique Erik Van Den Eynden dans les colonnes de L'Echo. Il s'agit de licenciements, mais aussi de départs volontaires, de retraites, de plans pour les plus de 55 ans ou de travailleurs qui ont décidé de lancer leur propre projet avec le soutien de la banque.

En conséquence, ING a recruté 500 personnes en contrat à durée indéterminée sur la même période dont 300 en 2018. "On a fait bouger presque tout le monde dans la banque. C'est énorme. Et puis, on reste concentré sur la transformation (...). Parce qu'il faut garder la cadence. Il y a encore pas mal d'étapes à franchir, les unes après les autres. Et il ne faut pas traîner", affirme le CEO.