Entreprise

Pierre Rion est administrateur de 16 sociétés, dont plusieurs cotées en Bourse. Il a créé, en 25 ans, une douzaine de sociétés. "La première SPRL informatique en 1983 m'avait amené à emprunter 125 000 BEF à la banque pour réunir les 250 000 BEF de capital. Depuis, une armée de juristes et de secrétaires se sont toujours chargés de ces "menus détails" de création." Récemment nommé par le gouvernement wallon administrateur public au sein de l'Agence de stimulation économique, chargée notamment de dynamiser la création d'entreprises en Wallonie, il a voulu tester lui-même le principe de la constitution d'une entreprise nommée "Avia-Rent Wallonie", société de location d'avion sans pilote. Une création réussie en... une matinée. Récit de cette aventure à la fin du mois de novembre.

5 h 00 : Je me lève toujours de très bonne heure...

8 h 25 : Après le rituel passage chez le notaire Van der Elst à Perwez, je sors armé des statuts et des attestations nécessaires.

9 h 03 : J'arrive au greffe du tribunal de commerce de Namur pour enregistrer ces statuts et recevoir mon numéro d'entreprise. Je suis seul avec la greffière... Sympathique, elle me prie de repasser le lendemain pour recevoir l'attestation de dépôt et le numéro d'entreprise. J'insiste, car j'ai besoin de ces documents le jour même : la société doit être opérationnelle le lendemain. Elle me prie d'aller boire un café en ville pour repasser dans l'heure qui suit.

9 h 55 : Je repars avec le fameux numéro. Merci ! Et quelle est la suite ? Elle m'explique clairement qu'à présent que mon numéro a été créé dans la Banque Carrefour des entreprises, il me faut me rendre dans un des fameux guichets d'entreprises. Je me rends à pied dans l'agence la plus proche située à 400 mètres. Après un premier refus pour cause de formation des délégués, je me rends à une autre agence indépendante dont je suis déjà client. Je mets la pression sur un guichetier apparemment débordé : "Vous n'êtes pas la seule agence !" Il encode patiemment les informations relatives aux activités. Mais il lui faut la preuve du paiement des 70 euros de frais. Et... il n'encaisse pas de liquide et ne dispose pas d'un terminal Mister Cash.

10 h 25 : Je trouve une agence bancaire pour procéder au versement de ladite somme et ramener la preuve de la transaction. Je retourne au guichet et de retour, nous attaquons les accès à la profession... Suis-je compétent en management, etc. Je le prouve.

11 h 20 : Il me reste 40 minutes pour rejoindre le bureau de TVA de Gembloux qui ferme à midi. Une préposée me reçoit gentiment, surprise de me voir venir si rapidement après la constitution. Mais, suspense car il faut que le N° de TVA ait bien été communiqué en ligne par la Banque Carrefour au ministère des Finances... Mais, ça marche ! Après trois minutes, je repars en direction de Perwez, toutes formalités accomplies.

12 h 20 : Preuves en mains, mon notaire libère les fonds : ma société est constituée en une demi-journée, et elle est opérationnelle.