Entreprise 25 millions d'euros. C'est l'impact que prévoit la compagnie aérienne low cost Ryanair sur ses comptes après avoir décidé d'annuler la plupart de ses vols les moins rentables, mais aussi après que l'entreprise a dû faire face à un manque de pilotes, la majorité de ceux-ci prenant leur vacances au mois de septembre alors que le "plan été" tient, comme pour la plupart des autres compagnies de l'air, jusqu'au 15 octobre.

Le CEO, Michael O'Leary, tempère cette théorie dans un communiqué, sans clairement la démentir. "Ryanair n'est pas à court de pilotes, dit-il. Nous avons pu les regrouper dans notre calendrier d'été de pointe en juin, juillet et août. Ce problème ne se reproduira pas en 2018."

"Nous prévoyons un impact allant jusqu'à 5 millions d'euros sur notre rentabilité dans les six semaines à venir, a-t-il ajouté. Et nous tablons sur une somme maximale de 20 millions d'euros pour les indemnisations" payées aux voyageurs.

Ce lundi, la Direction générale de Ryanair se devait de réagir à la grogne qui s'empare des voyageurs touchés et souvent prévenus à la dernière minute. Certains évoquant de coûteux frais face à ces chamboulements dans leurs plannings de vacances.

© DR

Plus de 290 vols supprimés en Belgique

La compagnie a publié au compte-goutte, pour chaque jour à venir, la liste des vols annulés. Les deux grands aéroports nationaux seront impactés par ces annulations. Au total, 204 vols vers ou au départ de Charleroi seront supprimés d'ici à la fin octobre, pour 90 à subir le même traitement à Brussels Airport.

Entre le 25 septembre et le 28 octobre, chaque lundi, une liaison vers ou depuis Milan, Varsovie, Manchester et Copenhague sera supprimée à Charleroi et un vol depuis ou vers Rome à Bruxelles.

Le mardi, à Charleroi, ce seront au moins un vol depuis ou vers Copenhague et Marseille qui passeront à la trappe. Idem pour Rome à Brussels Airport. Le jour suivant, ce sera au tour de Toulouse de subir le même sort à l'aéroport de Charleroi, et Lisbonne et Rome à Zaventem.

Chaque jeudi, au moins un vol vers ou depuis Varsovie, Venise et Dublin ne sera pas assuré au sein de l'aéroport wallon.

Le vendredi, un vol au moins en direction ou depuis Varsovie, Manchester et Copenhague ne sera pas effectué à Charleroi. Même sort pour Lisbonne à Brussels Airport.

Le samedi, c'est Copenhague, Rome et Milan qui passent à la trappe à Charleroi et la capitale italienne à Zaventem.

Enfin, le dimanche, Pise et Varsovie font les frais de la décision de Ryanair à Charleroi et Dublin et Rome à Zaventem.


Vols annulés jusqu'au 25 septembre


  • Pour le 19 septembre, 2 vols sont annulés. Le 5463 à destination de Madrid et le 5462 venant de Madrid.


  • Pour le 20 septembre, 6 vols passent à la trappe. Le 4863 venant de Bologne, le 1389 en provenance de Bordeaux, le 4862 à destination de Bologne, le 201 à destination de Copenhague ainsi que le 200 venant de la capitale danoise, et le 1388 à destination de Bordeaux. Deux vols sont en outre impactés de et vers Brussels Airport, le 2918 venant de Barcelone ainsi que le 2917 à destination de la Catalogne.


  • Le 21 septembre, les vols allers et retours pour Figari et Marseille depuis Charleroi sont supprimés.


  • Le 22 septembre, les vols allers et retours pour Nimes, Copenhague, La Rochelle et Venise-Trévise depuis Charleroi sont supprimés.


  • Il n'y aucune suppression depuis et vers un aéroport belge le 23 septembre.


  • Le 24 septembre, les vols allers et retours pour Toulouse, Milan Bergamo et Budapest depuis Charleroi sont supprimés.


Du 25 septembre au 28 octobre

Pour ces dates, consultez ce document en PDF.