Entreprise

Vingt-neuf pour cent des petits commerçants arrondissent le ticket de caisse ou les prix en rayon à un multiple de 5, indique samedi une enquête du Syndicat Neutre pour Indépendants (SNI), à laquelle ont participé 657 commerçants de différents secteurs. Plus de 83% d'entre eux veulent rendre l'arrondissement obligatoire.

Depuis le 1er octobre 2014, les commerçants peuvent arrondir les paiements en espèces. Lorsque le prix se termine par 1, 2, 6 ou 7 centimes, il est arrondi à la baisse, et à la hausse lorsqu'il finit par 3, 4, 8 ou 9 centimes. Ces règles valent également pour les paiements électroniques depuis le 8 janvier 2016. Selon l'enquête du SNI, 29% des petits commerçants appliquent ces règles aujourd'hui, contre 19% il y a un an. Plus de 83% sont par ailleurs favorables à l'arrondissement obligatoire sur les tickets de caisse. 

Cela présenterait un double avantage, analyse le syndicat: la fin des discussions avec les consommateurs à la caisse et une diminution de la paperasserie ainsi que des coûts lors de la réception et du retour des pièces de 1 et 2 centimes. "Une telle obligation serait aussi bénéfique pour l'Etat belge, la frappe de ces petites pièces coûte de nombreux millions d'euros", ajoute le SNI. L'organisation soumettra les résultats de l'enquête au ministre de l'Economie Kris Peeters (CD&V) ainsi qu'au ministre des Indépendants et des PME Denis Ducarme (MR).