Entreprise La compagnie française double la taille de sa flotte et a racheté Pasteels-Navicruise, spécialiste de la croisière haut de gamme.

Pour l’heure, Ponant, qui se targue d’être l’"unique armateur français de navires de croisière et leader mondial de l’expédition 5 étoiles", compte une flotte de 5 navires : un voilier et 4 yachts. La compagnie, fondée en 1988, par Jean Emmanuel Sauvée et une dizaine d’officiers de la marine marchande, ne compte pas s’arrêter là et pour consolider sa position sur ses principaux marchés, dont la Belgique, elle va bientôt accueillir les 4 Ponant Explorers, les deux premiers en 2018 et les deux autres en 2019. Elle s’est aussi rapprochée de ses partenaires en rachetant, en novembre, les actifs de Pasteels/Navicruise, le numéro 1 de la croisière haut de gamme en Belgique.

"Ponant reprend la marque, la branche d’activités, soit les fichiers de clients croisière, et 5 collaborateurs", explique Patrice Janssens, patron de Pasteels/Navicruise qu’il a rachetée en 1994. "Pasteels, c’était la première à ne faire que de la croisière en Belgique, une sorte de pionnier." Qui n’avait pas de bateaux propres, bien sûr, mais "remplissait les bateaux des autres". Dont ceux de celle qui s’est d’abord appelée Compagnie des îles du Ponant, puis Compagnie du Ponant avant d’opter, internationalisation de ses marchés oblige, Ponant tout court. "Nous avons été le tout premier acteur à commercialiser Ponant en Belgique", raconte Patrice Janssens. "Lors du premier voyage de son premier bateau, il y avait même 40 clients belges sur la soixantaine de passagers, sourit-il. Nous avons été longtemps agent général de Ponant en Belgique. Aujourd’hui, la boucle est bouclée : ma société a contribué au développement de la compagnie, et je travaille pour elle maintenant." Entendez, il a vendu Pasteels/Navicruise à Ponant dont il devient à 64 ans, tout comme son épouse Krystyna (basée en Suisse), "conseiller spécial". Pendant 5 ans. Le temps de doubler la clientèle belge… "J’assure ainsi un avenir plein de défis à 5 collaborateurs." Il lui reste son agence de voyages, Antares, qui fait essentiellement du voyage à la carte et emploie 5 personnes. "J’espère aussi leur assurer un bel avenir…"

"70 000 croisières pour 4 millions de vacances"

De son côté, avec ce rachat, Ponant va s’ancrer davantage dans notre pays et ouvrir au printemps prochain un bureau, baptisé le "pavillon". Tout en continuant à vendre ses produits en agences également. "Nous allons faire bouillir la marmite de façon un peu plus intense", indique Philippe Rouas, directeur des ventes en France, Belgique et Suisse.

Ponant, ce sont ces croisières de luxe qui allient "itinéraires ou explorations et art du voyage à la française", avec des navires "à taille humaine". Les 4 derniers accueilleront moins de 200 passagers. "Ponant se positionne comme les Relais&Châteaux de la croisière", résume Patrice Janssens. Avec notamment des expéditions aussi bien polaires (au Nord, en Arctique et en Antarctique) que tropicales (Sud Pacifique, Madagascar, etc.). La compagnie appartient depuis 2015 à Artémis, le holding familial de François Pinault. Elle a enregistré un chiffre d’affaires de 157 millions en 2016 et a organisé 197 croisières en 2017. "Nous avons déjà ouvert les réservations pour l’Antarctique 2019-2020, précise encore Patrice Janssens. Et nous sommes déjà à près de 80 % de taux de remplissage pour les départs en 2018." Il faut compter "300 €/jour en moyenne et 500 €/jour pour une expédition". Sachant que la croisière est en progression en Belgique. "Avec 70 000 croisières pour 4 millions de vacances annuelles, il reste de la capacité à croître !"