Entreprise Oscar Farinetti est passé sans état d’âme des machines à laver à Eataly. La chaîne de produits alimentaires italiens de luxe compte 33 magasins.

Oscar Farinetti a ce qu’on appelle, "une bonne bouille". Une expression populaire qui plairait sans aucun doute à ce Piémontais du terroir qui déteste les formalités. Il est généralement vêtu d’un pull et d’une chemise à col ouvert et est à tu et à toi avec tout le monde. "Pour moi, être informel est une chose absolument naturelle. La formalité ne fait pas le bonheur, au contraire elle crée des barrières entre les personnes", déclarait Oscar Farinetti il y a quelques années déjà à un journaliste allemand du German Retail blog. ‘En fait, j’aime les combinaisons inhabituelles, ainsi, pourquoi ne peut-on pas être à la fois rusé et honnête ? Les gens disent que ce n’est pas possible parce que dans leur vision du monde en noir et blanc, seuls les escrocs sont rusés et les imbéciles sont honnêtes. Je déteste ce genre de vision à sens unique."

Chauve, moustachu et sourire carnassier, Oscar Farinetti a le physique de l’emploi, un bon vivant qui pense que la vie est bien trop courte pour manger mal, une maxime qui est d’ailleurs devenue le slogan de son empire alimentaire.

En 2003, il décide de vendre la chaîne de magasins d’électroménager "UniEuro", créée par son père en 1967, et qu’il a fortement développée au fil des années. Il engrange un énorme bénéfice, certains journaux parlent alors d’un milliard d’euros. "Je suis fier d’avoir vendu de l’électroménager domestique", avoue-t-il régulièrement mais Oscar Farinetti a du nez et pas seulement pour le bon vin.

...