Entreprise Tesla a deux problèmes. Tout d'abord, l'entreprise dépense beaucoup. Trop même. Ensuite, les rats quittent le navire, si on peut dire. Effectivement, les départs à la tête de l'entreprise se sont multipliés ces derniers temps.

Mais donc, pour ce qui est du financement, Tesla doit absolument augmenter ses marges sur les véhicules en vente. C'est pourquoi l'entreprise n'a mis sur le marché, pour le moment, que des modèles "premium".

Et la dernière Model 3 en date, avec un moteur à l'avant, un autre à l'arrière - afin de proposer une 4 roues motrices - ne fait que confirmer la tendance.

Prix de la mise en vente? 78 000 dollars (soit environ 66 000 euros). Et celui-ci peut monter jusqu'à 86 000 dollars avec le pilote automatique. On est donc loin du modèle "démocratique" censé sortir à 35 000 $.

Elon Musk s'en est justifié, entre autres sur Twitter: Tesla doit opter pour cette stratégie si elle veut survivre. On verra plus tard pour la commercialisation à grande échelle du modèle de base. Tesla espère produire 5 000 véhicules par semaine d'ici l'été.


En attendant, Musk a communiqué les performances du dernier Model 3:

- 0 à 60 mph (environ 100 km/h) en 3 secondes.

- 250 km/h de vitesse de pointe.

- 500 km d'autonomie.


Un prix qui a rassuré les investisseurs

Démocratique ou non, le prix de la Model 3 rassure donc les investisseurs, car après cette annonce, le groupe prenait 3% à la bourse de Wall Street ce lundi et voyait son action monter à plus de 284 dollars.

Le prix rassure peut-être par rapport aux fortes dépenses, mais certains dénoncent le manque de viabilité, les promesses non tenues et la façon de communiquer d'Elon Musk.

Cependant, l'action était revue à la baisse en cours de séance ce mardi.



La fuite des cerveaux?

Et malgré la bonne image générale du groupe et de son CEO, Tesla doit donc, en plus de ses potentiels soucis financiers, faire face aux départs de plusieurs personnes clés. Tout d'abord, Jim Keller, responsable du programme d'assistance à la conduite, a annoncé en avril quitter le navire. Ensuite, Doug Field, à la tête du programme de développement des voitures électriques, a annoncé devoir faire une pause. On ne sait pas pour combien de temps, mais il ne quitte pas l'entrprise.

Enfin, Matthew Schwall, "principal contact technique" en charge de la sécurité a préféré rejoindre Waymo, le projet de voitures électriques autonomes de Google.

Espérons que ceci ne fasse pas faire une sortie de route à Tesla.