Entreprise

Avec ses milliers d'emplois et ses investissements massifs, l'implantation d'une partie du nouveau siège d'Amazon à Long Island City, annoncée mardi, a ravi certains New-Yorkais tandis que d'autres dénonçaient un marché de dupes.

Quelque 25.000 emplois - avec un salaire annuel moyen de 150.000 dollars - 2,5 milliards de dollars d'investissements, plus de 370.000 mètres carrés de bureaux, les chiffres annoncés mardi font tourner la tête.

Long Island City se prépare à une petite révolution avec l'arrivée d'Amazon, une de plus dans l'histoire de ce quartier situé à l'extrême sud-ouest du Queens.

Foyer industriel durant la majeure partie du XXe siècle, "LIC" a déjà été contraint par la désindustrialisation de se réinventer au tournant du XXIème siècle, avec la radicalité propre à New York.

Des dizaines de tours ont poussé depuis dix ans, bureaux et habitations, amenant avec elles une population renouvelée, aux moyens supérieurs, et des entreprises comme Bloomingdale's, Ralph Lauren, Uber, séduites par la proximité avec Manhattan et les aéroports de La Guardia et John F. Kennedy.

Les bords de l'East River ont été réaménagés, un parc paysager est sorti de terre, envahi par les poussettes de marque et les joggeurs.

"Ils ont construit, construit, construit. Avec tout ce qu'il y a là, qu'Amazon arrive ou pas, c'est pareil", commente Pascal Escriout, propriétaire du restaurant Tournesol, à l'extrême sud de Long Island City. "Si ce n'est pas eux, ce sera d'autres."

L'endroit exact où Amazon, à l'étroit dans son siège actuel de Seattle, pourrait s'implanter n'a pas été rendu public. Mais les possibilités ne manquent pas, dans cet ensemble hétéroclite où se côtoient modernité extrême et vieilles cheminées désaffectées.

Beaucoup comparent Long Island City à Williamsburg, quartier de Brooklyn qui constitue l'exemple de gentrification le plus marquant des vingt dernières années à New York.

"Beaucoup de gens louent depuis 15 ou 20 ans et doivent s'en aller car cela devient trop cher", explique Mike Barratt, gérant d'un magasin de vélos. "Donc ils sont fâchés."

"Fureur" 

Bien avant qu'Amazon ne soit même évoqué, "LIC" était, de loin, le quartier de New York au rythme de construction le plus élevé, avec 3.000 nouveaux logements construits sur le seul premier semestre 2018, selon la plateforme Localize.city.

Au point de submerger le marché, selon Jonathan Miller, président du cabinet immobilier Miller Samuel.

L'arrivée d'Amazon revient "à sauver les promoteurs qui ont continué (à construire) malgré une offre déjà excessive", fait-il valoir.

Beaucoup s'inquiètent de l'impact qu'auraient 25.000 employés supplémentaires sur les quartiers proches de Woodside, Astoria et Sunnyside, ainsi que sur des transports publics déjà saturés et décatis.

"Nous recevons des appels et des messages d'habitants du Queens", a réagi la nouvelle élue de New York au Congrès, la jeune star démocrate Alexandria Ocasio-Cortez. "La réponse du quartier? Fureur."

"Pousser des gens aux revenus modestes hors du quartier n'améliorera pas leur qualité de vie", a-t-elle tweeté mardi. Elle a notamment réclamé que tout ou partie des emplois soient attribués à des habitants du Queens.

Elle s'est aussi émue, avec d'autres, des avantages consentis par l'Etat de New York, soit 1,2 milliard de dollars d'abattements, 325 millions de dollars de subventions, qui devraient être complétés par d'autres mécanismes municipaux.

"Nous sommes témoins d'un jeu de cyniques dans lequel on offre à l'une des sociétés les plus riches du monde des abattements fiscaux sans précédent en échange d'emplois qui représentent moins de 3% des postes créés à New York sur 10 ans", ont déclaré mardi le sénateur du Queens à la chambre haute de l'Etat de New York Michael Gianaris et Jimmy Van Bramer, élu du quartier au conseil municipal.

Le projet doit encore être formellement approuvé par le conseil municipal.

Acteur le plus visible du dossier, le gouverneur Andrew Cuomo a estimé lui mardi que "les opportunités économiques et l'investissement vont croître dans toute la région".

"La ville et l'Etat (de New York) travaillent étroitement pour s'assurer que la venue d'Amazon soit planifiée intelligemment, et pour s'assurer que ce quartier en forte croissance dispose des transports, des écoles et des infrastructures dont il a besoin", a déclaré mardi le maire de New York, Bill de Blasio.