Entreprise

Le nombre d'anciens travailleurs de Caterpillar Belgium qui ont retrouvé un emploi depuis leur licenciement s'élève à 748, a indiqué lundi le porte-parole du Forem, l'office de l'emploi wallon. Selon lui, 68% d'entre eux ont signé un contrat à durée indéterminée (CDI), 13% un contrat à durée déterminée (CDD), 16% sont intérimaires et 3% sont devenus indépendants à titre principal. Après leur licenciement, les ex-travailleurs ont été intégrés dans une cellule de reconversion mise en place par le Forem. Le travail de celle-ci fait périodiquement l'objet d'une analyse par un comité d'accompagnement composé d'un représentant du ministre wallon de l'Economie et de l'Emploi, du Forem, des syndicats et des organisations patronales.

Les chiffres communiqués le 1er juillet dernier à l'occasion de la dernière rencontre du comité d'accompagnement font état également, au-delà des chiffres de remise à l'emploi, de ceux liés aux demandeurs d'emploi, aux travailleurs bénéficiant d'un régime de chômage avec complément d'entreprise (RCC) et aux travailleurs en incapacité de travail.

Ainsi, au 1er juillet, 747 ex-travailleurs de Caterpillar Belgium étaient encore demandeurs d'emploi, 149 étaient en RCC et 137 en incapacité de travail. En outre, une centaine d'autres ne sont pas obligés de participer à une procédure de reclassement en raison notamment de leur statut de travailleurs transfrontaliers.

Le 30 juin dernier a eu lieu également le licenciement des 35 derniers travailleurs encore employés jusque-là par le groupe sur son site de Gosselies.

Selon le porte-parole du Forem, au sein de la cellule de reconversion, 1.431 processus de formation ont été effectués ou sont en cours.