Entreprise

La révision des centrales nucléaires belges concernant les problèmes de béton se traduit par un manque à gagner d'environ 250 millions d'euros sur le bénéfice 2018 d'Engie, indique l'entreprise ce lundi.

S'il estime pouvoir "compenser significativement" cet impact grâce à ses autres activités, le groupe annonce quand même la mise en place d'un "plan d'actions" pour réduire les effets de ces arrêts sur sa performance financière.

Ce plan sera détaillé fin juillet lors de la présentation de ses résultats semestriels. Cette année, Engie vise un bénéfice net récurrent compris entre 2,45 et 2,65 milliards d'euros, un montant qui repose sur une estimation d'Ebitda allant de 9,3 à 9,7 milliards d'euros.

Euronext a mal accueilli cette annonce, le titre Engie y reculant de plus de 2% à 10h30 ce lundi.


La filiale belge Engie Electrabel a revu vendredi son agenda pour les révisions programmées des unités nucléaires de Tihange 2 et Doel 4 et a adapté la date de fin de la révision en cours de Tihange 3.

Ce nouvel agenda doit permettre l'inspection des plafonds en béton du bâtiment annexé au bâtiment réacteur pour chaque unité, selon Engie Electrabel.

Doel 1 et 2 ainsi que Tihange 1 ont une autre architecture et ne sont pas concernées pas ces problèmes.