Entreprise

Le ciel de ProNatura Belgique (ex-Biomarché) s’assombrit davantage ("La Libre" du 20/4). A la suite d’une assemblée générale extraordinaire, les dirigeants ont introduit vendredi une demande de mise en liquidation judiciaire de la filiale belge du groupe français, basée à Nivelles. La perte du principal client, Delhaize, qui représentait près de 75 % des ventes de l’entreprise, a précipité la chute de l’activité. L’entreprise, qui a réalisé un chiffre d’affaires de 12,1 millions d’euros en 2009, a enregistré une perte d’environ 1,8 million d’euros et les prévisions pour 2010 sont encore plus pessimistes : environ 10 millions de chiffre d’affaires et une perte de 1 à 1,3 million. "A la perte de Delhaize, il y a un an et demi, nous avons essayé de relancer l’activité, nous avons également élaboré un plan d’économie avec un recours accru à l’intérim. Mais nous n’avons pas pu redéployer l’entreprise. Nous avons le sentiment d’être arrivés au bout de notre savoir-faire dans ce domaine", nous a confié Henri de Pazzis, président du groupe ProNatura.

Sentant la fin proche, les dirigeants ont essayé de maintenir l’activité à Nivelles, sans succès jusqu’à présent. Ils ont eu des contacts avec des partenaires flamands du secteur bio ou d’anciens fournisseurs, mais rien de concret n’est sorti. Les structures publiques régionales ainsi que les cabinets des ministres wallons, Jean-Marc Nollet (Ecolo, Développement durable, Energie) et Jean-Claude Marcourt (PS, Economie) ont également été approchés, apparemment sans résultat.

La demande de mise en liquidation judiciaire est un pas de plus vers la fermeture de ProNatura Belgique et, sans l’arrivée d’un chevalier blanc, 47 emplois seront perdus à Nivelles. Mais l’espoir n’est pas totalement perdu. "ProNatura se retire complètement de son site de Nivelles, mais nous sommes ouverts à toute solution qui sera envisagée par le liquidateur qui sera désigné par le tribunal. Un repreneur flairant la bonne affaire peut surgir, car l’outil est quasiment neuf et il y a un personnel qualifié. Nous sommes aussi prêts à étudier une possibilité d’association avec un autre acteur" , dit-il. Il dément les rumeurs de désengagement de son actionnaire principal, Activa Capital, qui détient 51 % de ProNatura. Le groupe est un fournisseur des grandes enseignes européennes de fruits et de légumes issus de l’agriculture biologique.