Entreprise A l'issue d'un ultime exercice (conclu fin mars 2018) qui s'est montré insatisfaisant, le Holding Finasucre, détenu par la famille Lippens, a réalisé un fameux deal en vendant 25,8% des parts qu'il détenait de la société française Naturex, pour un montant total de 330 millions d'euros.

Voilà ce que révèlent nos confrères de L'Echo, qui soulignent que cette initiative est le résultat d'une stratégie bien ficelée autour de prise de participations au cœur d'un marché du sucre, foudroyé par une mauvaise conjoncture.

Le CEO Olivier Lippens s'est refusé à tout commentaire mais le rapport annuel publié par le Holding de la famille Lippens indique que Finasucre a dégagé "une plus-value significative" et qu’il "va redéployer cette somme en veillant à limiter les risques de ses activités cycliques et à créer de la valeur dans les activités en croissance durable", comme l'écrit L'Echo.

Notons que la fin des quotas sucriers européens décrétés l'an dernier n'ont pas été sans conséquences: le prix du sucre a baissé -suite à un niveau excessif de production à l'échelle internationale- et la concurrence est devenue encore plus acharnée. De fait, le chiffre d'affaires de Finasucre en a pâti. L'Echo note un recul de 14%, soit un tassement du chiffre d'affaires passé de 406,9 millions (2016-2017) à 349,9 millions lors du dernier exercice.

Reste à savoir où seront réinvestis ces fonds (330 millions d'euros) issus de cette opération Naturex. Le groupe affiche des opérations diversifiées, que cela soit dans la production d'acide lactique via Galactic, dans l'immobilier (Compagnie Het Zoute entre autres) ou encore dans le domaine bioplastiques (Futerro). Bref, des activités diverses et variées pourraient profiter de ce capital. Au total, le groupe emploie pas moins de 2.670 employés à travers le monde.