Entreprise C'est une semaine noire qui s'est ouverte, lundi matin, pour le personnel de RTL Belgique. Dix jours seulement après avoir conclu un accord avec les syndicats sur un plan dit de "transformation", la direction du groupe audiovisuel privé est passé à l'action en prenant contact avec les premières personnes priées de quitter la grande "famille RTL".

"Ils ont commencé par contacter des personnes en poste dans les bureaux régionaux, nous confie une source ayant négocié les conditions de départ des 88 personnes visées par le plan #Evolve. Emotionnellement, c'est très dur. Il reste pas mal d'incompréhensions sur les raisons économiques qui ont poussé la direction à se séparer d'autant de personnes".

Négocié pendant cinq mois, le plan approuvé le 2 mars dernier prévoit 88 départs. Sur ce total, 50 personnes seront licenciées d'ici le 27 mars. Les 38 autres partiront sur une base volontaire, moyennant des indemnités de départ et un plan de reclassement professionnel. Certaines personnes ont en effet estimé qu'elles n'avaient plus aucun avenir chez RTL et elles ont préféré partir.

Sur la petite quarantaine de ces "volontaires", les deux tiers seraient des membres des rédactions (journalistes, techniciens, ...). C'est le cas d'Olivier Pierre, Eric van Duyse, Jimmy Méo ou encore François Genette, tous les quatre journalistes au "Journal" de RTL-TVI. On y retrouve aussi bien des jeunes journalistes que des vétérans, comme Eddy Daniel, 61 ans, spécialiste du cyclisme.

Des journalistes seront aussi purement et simplement licenciés. L'un d'eux, Dominique Henrotte, qui présente l’émission "Place Royale", s'est ainsi vu signifier son licenciement peu avant de s'envoler, le week-end dernier, pour le Canada où il effectuera son dernier reportage en compagnie de la famille royale belge.

Toujours à la télévision, on note aussi le départ de Myriam Courcelles, productrice historique de RTL mais aussi cheville ouvrière du Télévie, la vitrine la plus populaire du groupe.

Ce mardi matin, 13 personnes d’IP, la régie commerciale de RTL, ont appris leur licenciement, jetant un froid glacial dans le département.

La procédure prévue par la direction des ressources humaines est la suivante: un contact téléphonique est pris, entre 8h30 et 9h30, avec chaque personne concernée pour lui signifier son licenciement. Il est alors demandé à la personne de se présenter dans la journée pour que cela lui soit confirmé et précisé que le licenciement deviendra effectif le 27 mars. Ce modus operandi s'échelonnera jusqu'à jeudi.

"C'est hallucinant et très violent ce qui est en train de se passer, confie un membre "historique" de la rédaction, très amer et déçu par l'attitude de la direction, et qui s'inquiète pour l'avenir de l'info "made in RTL". C'est comme un rouleau compresseur qui frappe des gens de manière aléatoire". La rédaction n'est évidemment pas la seule concernée. D'autres services (supports IT, services généraux, régie publicitaire, service marketing, etc.) sont touchés par le plan.

Actuellement, RTL Belgium emploie au total un peu plus de 500 salariés, une centaine de pigistes réguliers et environ 200 pigistes occasionnels.