Entreprise

Un propriétaire quel qu’il soit n’apprécie guère que l’on donne son nom en pâture dans la presse. Surtout s’il s’agit d’un privé. Et plus encore si les murs qu’il possède sont ceux d’un magasin de la rue Neuve, dont les loyers annuels se déclinent en centaines de milliers, voire en millions d’euros. Le cadastre n’est pas toujours très clair, fournissant des centaines de noms et adresses (bien des immeubles sont en indivision), quand il ne s’agit pas de sociétés, voire de filiales ou sous-filiales.

Première constatation, les enseignes de la rue Neuve ne sont pas propriétaires des murs qu’elles occupent. A une seule exception près : Benetton, propriétaire du n°9.

Deuxième constatation, le public ou assimilé n’apparaît pas rue Neuve. On peut toutefois pointer l’ULB, propriétaire d’un des coins de la rue, côté Monnaie (l’immeuble dit "Aux 9 provinces"), obtenu d’une succession, et la fabrique de l’Eglise Notre-Dame du Finistère qui compte, dans son portefeuille, les deux magasins qui forment bloc avec elle, les nos 76 (Häagen-Dazs) et 78 (Exki).

Les deux gros paquebots que sont le City 2 et L’Inno ont respectivement pour propriétaires Ageas (AG Insurance) et Redevco (groupe néerlandais, propriété de la famille Brenninkmeyer, fondatrice de C&A).

Suit toute une kyrielle de privés. Dont bon nombre peuvent être considérés comme historiques, descendants des promoteurs ou entrepreneurs qui ont érigé les bâtiments. C’est le cas du Passage du Nord, qui appartient à la société civile éponyme; de la Galerie Hirsch; de l’ex-Cinéma Métropole (n°30), devenu, début des années 90, un P&C puis un Zara, propriété, comme l’hôtel Métropole, de la famille des brasseries Wielemans.

Dans le registre ex-commerçants ayant investi dans les murs, il y a notamment la famille anversoise Van Leemput, via sa société Athelean (plusieurs commerces dont l’angle qui entoure l’ex-théâtre de la Gaité, côté Monnaie), les Dykman, qui ont récemment acquis le coin côté Rogier, occupé par la banque BNP Paribas Fortis, ou encore la société privée Sonntag, multi-propriétaire de la rue.

Enfin, du côté des nouveaux propriétaires (même si c’est le cas depuis plusieurs années), on peut pointerRocco Marotta, un des plus gros portefeuilles de commerces du pays (sur le Meir, rue de la Montagne à Charleroi...). Il en possède plusieurs rue Neuve, mais en comptait davantage il y a quelques années, ayant désinvesti pour mieux réinvestir au Meir. Autre grand nom du secteur, le duo d’associés à la tête deProwinko, auteur du projet "Entre deux portes" sur la Toison d’Or, possède plusieurs biens dans la rue, dont les magasins partiellement (Hema) et totalement (Forever 21) détruits par l’incendie d’août 2012.