Entreprise

Bekaert résiste à la crise. Le groupe belge, spécialisé dans les produits tréfilés et les matériaux avancés, a réalisé en 2008 un chiffre d’affaires consolidé de 2,66 milliards d’euros, en hausse de 22,5 pc par rapport à l’année précédente, a-t-il annoncé vendredi. Le chiffre d’affaires global du groupe atteint 4 milliards d’euros, en hausse de 17,3 pc par rapport à 2007. Quant au résultat net du groupe, il atteint 174 millions d’euros, en hausse de 14 pc.

"La forte croissance organique sur les marchés émergents, la diversité de produits innovants et l’augmentation générale des prix résultant de l’augmentation des prix des matières premières ont entraîné une croissance vigoureuse du chiffre d’affaires en 2008" , a commenté le groupe. "Bekaert a réalisé en 2008 son meilleur chiffre d’affaires et les meilleurs résultats de son histoire" , a renchéri le baron Paul Buysse, président du conseil d’administration du groupe. "Il est toutefois regrettable qu’à la fin d’une année historique nous ayons été confrontés au cours des derniers mois à un marché presque à l’arrêt" , a-t-il ajouté, en référence à la propagation rapide de la crise au secteur industriel.

Dividende en hausse

Bekaert, dont l’automobile et la construction, deux secteurs particulièrement touchés par la crise, représentent respectivement 31 pc et 23 pc du chiffre d’affaires, a pu profiter d’une plus grande diversification de ses activités et de ses marchés.

En Belgique, Bekaert a procédé à la fermeture de ses sites de Hemiksem (264 travailleurs) et Lanklaar (131 travailleurs). Le groupe emploie toujours quelque 2 700 personnes dans notre pays. Le résultat net (attribuable au groupe) pour 2008 s’élève à 174 millions d’euros, contre 153 millions d’euros en 2007. Le groupe a obtenu un résultat opérationnel (Ebit) avant éléments non récurrents de 294 millions d’euros (+ 58 pc). En 2008, Bekaert a augmenté de 21 pc ses investissements de recherche et développement qui se montent à 68,5 millions d’euros et concernent les centres technologiques de Deerlijk (Belgique) et Jiangyin (Chine). Bekaert prévoit enfin le versement d’un dividende brut de 2,80 euros par action, contre 2,76 euros pour l’exercice précédent. S’agissant des perspectives pour l’année en cours, Bekaert ne prévoit pas que "l’actuel ralentissement d’activités persistera à l’échelle globale de l’entreprise" . (Belga)