Régionaliser les salaires ?

La régionalisation de la formation des salaires complexifierait le système sans l'améliorer. En outr Publié le - Mis à jour le

Entreprise

Robert PLASMAN, Professeur d'économie à l'ULB et directeur du DULBEA - rplasma@ulb.ac.be

MICHAEL RUSINEK, Assistant en économie à l'ULB et chercheur au DULBEA - mirusine@ulb.ac.be

Ilan Tojerow Assistant en économie à l'ULB et chercheur au DULBEA - itojerow@ulb.ac.be

Pour bien comprendre l'enjeu, il faut comprendre comment sont formés les salaires à l'heure actuelle en Belgique. Au niveau interprofessionnel, les syndicats et le patronat déterminent la norme salariale, c'est-à-dire le plafond pour les augmentations salariales négociées dans les secteurs et entreprises. Les partenaires sociaux fixent ensuite, au niveau sectoriel, les conditions salariales pour l'ensemble des salariés du secteur concerné. Ces accords sectoriels peuvent finalement être complétés par des conventions spécifiques aux entreprises.

L'élément important est que les négociations interprofessionnelles et sectorielles ont lieu au niveau fédéral (à part dans certains secteurs comme les fabrications métalliques où elles ont lieu par bassin d'emploi). Selon les partisans de la régionalisation, les différences de productivité et de chômage entre région ne sont pas intégralement prises en compte dans une formation des salaires fédérale.

La régionalisation de la formation des salaires serait donc un remède au chômage wallon, car cela permettrait une plus grande modération salariale dans cette région. En réalité, il est peu probable que ce soit le cas. Tout d'abord, il faut relativiser le diagnostic selon lequel la productivité est plus faible en Wallonie que dans les deux autres régions. C'est vrai dans la plupart des secteurs des services. Par contre, dans près de la moitié des secteurs manufacturiers, la productivité est plus élevée en Wallonie qu'en Flandre. La solution ne serait donc pas de régionaliser les négociations interprofessionnelles (donc la norme salariale) puisque la situation varie de secteur à secteur.

Faut-il alors régionaliser les négociations sectorielles ? L'idée serait de pouvoir différencier les hausses salariales au sein d'un secteur lorsqu'il existe des disparités régionales en termes de coût salarial unitaire. Il est cependant peu probable qu'une régionalisation des négociations sectorielles produise cet effet en raison des effets de comparaison entre travailleurs : les travailleurs d'une région désirant obtenir ce que leurs collègues des autres régions ont obtenu.

La régionalisation de la négociation salariale ne constitue donc pas une solution pour différencier les salaires. En fait, le système de formation des salaires actuel autorise déjà des différences salariales régionales. Celles-ci sont d'ailleurs observées dans un grand nombre de secteurs.

Ceci est dû au fait que les salaires déterminés par les conventions sectorielles peuvent être ajustés au niveau de l'entreprise en fonction des conditions économiques locales. Il n'est donc pas nécessaire de tripler les négociations interprofessionnelles et nationales si le système actuel permet déjà des ajustements locaux via les négociations d'entreprise.

Au contraire, l'ajout d'un quatrième niveau de négociation complexifierait le système, ce qui aurait pour effet d'augmenter les coûts de gestion des entreprises (dont bon nombre ont des établissements dans plus d'une région), de freiner les économies d'échelles et d'altérer la mobilité des travailleurs.

Tout ceci ayant des conséquences néfastes en termes d'emploi. L'autre conséquence d'une régionalisation de la formation des salaires serait d'ouvrir la voie à une régionalisation de la sécurité sociale. Il serait, en effet, plutôt incohérent de baser la régionalisation sur les différences potentielles en termes de coûts salariaux sans y inclure les cotisations (et les réductions de charge) à la sécurité sociale.

Celles-ci représentent après tout une part non négligeable du coût salarial global. On risquerait donc d'aboutir à une régionalisation des taux de cotisation avec les conséquences que l'on peut imaginer sur l'évolution des dépenses dans les trois régions du pays.

La régionalisation de la formation des salaires complexifierait le système sans l'améliorer. En outr

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

  1. 1
    Les prédictions surprenantes de Jeff Bezos: "Amazon va faire faillite"

    Jeff Bezos a fait un aveu surprenant à ses employés.
    Le patron d'Amazon est aujourd'hui l'homme le plus riche du monde. En septembre dernier, la marque a dépassé les 1000 milliards de dollars en bourse. Pourtant, dire que Jeff ...

  2. 2
    Pourquoi les taux d'intérêt ne pourront pas remonter de sitôt...

    L'histoire retiendra, peut-être, cette date du 13 décembre 2018. Et se souviendra de l'heure : 13h45. C'est à ce moment-là que Mario Draghi, Super Mario – que l'histoire a déjà retenu comme le sauveur de l'euro au plus fort de la crise des dettes ...

  3. 3
    Le vrac de “Day by Day” débarque en Belgique

    L’objectif, ambitieux, de l’épicerie en vrac française “Day by day” ? 25 magasins attendus en Belgique d’ici 2022… Dans la distribution, le vrac est tendance. On le trouve dans quelques épiceries, dans tous les magasins bio et de plus en plus ...

  4. 4
    Une compagnie aérienne belge parmi les plus polluantes

    Brussels Airlines figure parmi les compagnies aériennes les plus polluantes dans un classement réalisé par l'association allemande environnementale Atmosfair, rapportent De Standaard et Het Nieuwsblad lundi. Selon l'ONG, le transporteur n'utilise ...

  5. 5
    Exclusif
    La start-up Neveo boucle une levée de fonds de 1,5 million d'euros: "On vise les 100 000 clients dans les deux ans"

    La start-up belge Neveo est abonnée aux "premières". En février 2016, la jeune pousse fut ainsi la première à bénéficier d’un investissement du fonds du numérique W.IN.G. (Wallonia Innovation and Growth) mis sur pied dans le cadre de la stratégie ...

Les derniers articles de ParisMatch.be

cover-ci

Cover-PM