Entreprise

A partir du 1er octobre 2006, Regnier Haegelsteen (notre photo) succédera à Alain Siaens à la direction générale du groupe Degroof. Alain Siaens, âgé de 65 ans, deviendra président du conseil d'administration à la place d'Alain Philippson, qui prendra la tête des holdings en amont du groupe financier.

Cette nomination qui a fait l'objet d'une communication interne sous réserve de l'approbation de la Commission bancaire, financière et des assurances n'est pas vraiment une surprise. «On a privilégié une solution en interne», nous a expliqué Alain Siaens. Prendre quelqu'un de l'extérieur aurait été un «second choix» dans un métier comme la banque où «les personnes ont beaucoup d'importance».

Cela fait seize ans que Regnier Haegelsteen (56 ans), licencié en droit, est à la Degroof où il s'est occupé notamment d'«investment banking». Il fait partie des familles actionnaires.

Entrée en Bourse

Son arrivée s'inscrit à un moment clé pour le groupe qui prépare son entrée en Bourse. Selon Alain Siaens, cette IPO (Initial Public Offer) devrait avoir lieu «à l'issue de l'assemblée de février 2007 sur base du rapport annuel 2005-2006 ». L'idée des actionnaires actuels (450 en tout dont notamment le holding la Compagnie du Bois sauvage qui détient une participation d'environ 13 pc du capital) est de garder le contrôle et donc «en toute hypothèse au moins 50 pc du capital». Cette entrée en Bourse répond «à la volonté d'expansion» dans des pays comme l'Espagne, les Pays-Bas ou la France, poursuit Alain Siaens. «Cette volonté d'expansion est guidée par la logique industrielle d'avoir la taille optimale», explique-t-il.

Et de souligner que le bénéfice de Degroof dépasse celui de certaines sociétés de l'indice Bel20.

L'exercice 2004-05 (arrêté au 30 septembre 2005) du groupe Degroof s'est soldé par un bénéfice net consolidé de 49,6 millions, en progrès de 50 pc. Les actifs en gestion sont passés de 14,7 milliards en début d'exercice à 19,7 milliards d'euros.

© La Libre Belgique 2006