Entreprise Deuxième conseil d'entreprise de la procédure Renault, ce lundi, après l'annonce de la restructuration du groupe Mestdagh mais, selon le permanent syndical CNE Danny Dubois, peu de progrès sont à signaler.

Mestdagh, en difficulté financière, a l'intention de supprimer 450 emplois, dès décembre, sur les 2.500 qu'elle compte en Belgique. Aucune fermeture de magasin n'est prévue.

"Nous avançons dans les questions/réponses mais la direction nous donne des réponses craintives, évasives, avec beaucoup de conditionnel, de doute : 'Peut-être', 'On verra', 'On ne sait pas'. Elle semble ne pas vouloir déraper sur la procédure Renault", explique-t-il. "On lui a dit que nous voulions du concret sinon on risque le malaise et l'excitation au sein du personnel."
Pour rappel, une grande majorité des Carrefour Market gérés par Mestdagh avaient débrayé pendant trois jours après l'annonce de la restructuration le 7 mai.

Départs volontaires possibles mais compliqués

La direction de l'enseigne a fait savoir lundi aux représentants syndicaux qu'elle comptait demander au gouvernement la RCC (prépension) à 56 ans pour le personnel jugé excédentaire. "Cela représente 490 personnes", rappelle Danny Dubois. Ce qui permettrait dès lors de "couvrir" entièrement la restructuration sur une base de départs volontaires. "Mais vu les conditions désormais imposées par le gouvernement (une obligation de disponibilité sur le marché de l'emploi, NdlR) , je crains que cela rebute beaucoup d'employés." Le syndicaliste précise encore que Mestdagh n'a pas encore signifié s'il comptait potentiellement ou non abaisser ce nombre de 450 emplois supprimés.

Les syndicats ont annoncé à la direction qu'ils ne voulaient pas de conseils d'entreprise pendant les mois de juillet et d'août. Ils reprendront donc début septembre, avec une formule souvent utilisée : un mélange de phase 1 (questions/réponses) et de début de négociations du plan social.

Les prochaines réunions sont fixées aux 6 et 28 juin.