Entreprise

Roland Vaxelaire (46 ans) est le dernier membre des familles fondatrices de Gib à avoir été aux commandes du groupe Gib. Mais son passage y a été de courte durée. Et pour cause: nommé administrateur-délégué de Gib (responsable de la filiale GB) aux côtés de son cousin Diego du Monceau, en janvier 1998, lors de l'entrée du Français Promodès dans le capital de GB, il quitte son poste deux ans et demi plus tard, quand la chaîne `à la boule rouge´ passe dans le giron de Carrefour (qui a, entre-temps, absorbé Promodès). Il reste toutefois l'administrateur délégué de GB, nouvelle filiale belge de Carrefour. Aujourd'hui, Roland Vaxelaire - qui a fait sa carrière dans l'industrie alimentaire avant de rejoindre le groupe familial - n'éprouve aucun regret. `Si GB n'avait pas fusionné avec Carrefour, la chaîne serait dans de grandes difficultés. Aujourd'hui, GB appartient au deuxième distributeur mondial, on ne pouvait pas rêver mieux pour assurer la continuité et la pérennité de la société´. L'homme qui siège au conseil d'administration de Gib depuis 1990 reconnaît que la vente de GB fut une décision très difficile, `la plus émotive et la plus affective à prendre´. `La fusion remontait à 74!´. Mais, ajoute-t-il, `j'ai l'impression d'être droit dans mes bottes´. En d'autres termes, l'héritier estime que le groupe a bien vendu ses bijoux de famille, en tenant compte à chaque fois de trois critères: `il fallait que ce soit bon pour l'actionnaire, bon pour le personnel et que la pérennité de la société soit assurée au sein d'un grand groupe européen´.

Depuis que Carrefour a pris ses quartiers à la `Tour d'Evere´, Roland Vaxelaire a conservé son titre d'administrateur-délégué mais il ne s'occupe plus de la gestion opérationnelle, confiée au Français Gilles Petit. `J'ai davantage un rôle de président de conseil d'administration´. Mais l'homme est heureux. `J'ai été nommé délégué permanent auprès de l'Union européenne pour tout le groupe Carrefour: mon rôle consiste notamment à créer un dialogue entre les pouvoirs européens et Carrefour, présent dans huit pays européens, entre autres sur la sécurité alimentaire et le développement durable. C'est différent du métier de distributeur ou d'épicier que j'exerçais auparavant mais c'est passionnant!´.

Roland Vaxelaire est ravi de voir les Français poursuivre la stratégie qu'il avait mise en place en 1998 pour redresser GB. `C'est agréable de voir que ce que l'on a fait a servi à quelque chose´.

Pour l'heure, M. Vaxelaire n'a pas l'intention de changer de fonction. Avec le petit magot dont il héritera une fois que le groupe aura été liquidé, il ne rêve pas de lancer sa propre affaire ni de rebâtir un nouvel empire à l'instar de ses ancêtres. `J'ai toujours été actif dans des groupes internationaux. J'ai travaillé 8 ans chez Nestlé et 10 ans chez Danone. Je ne suis pas particulièrement attaché aux groupes familiaux´.

© La Libre Belgique 2002