Entreprise

La direction de RTL Belgium a annoncé ce lundi son intention de supprimer 36 postes au sein des équipes en charge de la production des magazines. Le personnel ne sera plus affecté à la production d'un magazine en particulier mais travaillera sur tous les magazines en y développant des thématiques transversales, a également confirmé la direction du groupe audiovisuel privé à l'agence Belga. Cette annonce s'inscrit dans le cadre du plan de "transformation" baptisé #evolve, lequel implique 105 licenciements au total. Parmi ces licenciements, 15 concerneront la régie publicitaire et 30 la rédaction.

Ce lundi, lors d'un nouveau conseil d'entreprise, la direction a précisé les conséquences du plan sur la production des magazines. "On parle de 36 licenciements sur 220 personnes, 13 au niveau de la production en tant que telle et 23 de l'exploitation (métiers techniques de mise à l'antenne)", indique-t-on chez RTL.

L'ambition est de créer "une plateforme interne de production unique multitâches, multimarques et multimédias". Les équipes vont travailler par thématique plutôt que par magazine, en développant un angle différent pour chaque magazine.

Le personnel collaborera avec des producteurs externes, comme c'est déjà le cas. La direction réfute vouloir externaliser davantage la production. "Avec la réorganisation, on évitera les redites entre plusieurs fonctions", avance-t-elle. Le nombre de magazines récurrents ne devrait pas diminuer.

Les prochains conseils d'entreprise seront consacrés à l'impact du plan #evolve sur le digital et la structure administrative de RTL Belgium (radio, télévision et numérique confondus). Par simple déduction mathématique, on attend 24 licenciements pour ces deux axes.

Ces réunions font partie de la procédure d'information et de consultation prévue par la loi "Renault" sur les licenciements collectifs. Les représentants du personnel auront ensuite la possibilité de faire des contre-propositions.

Actuellement, RTL Belgium emploie au total un peu plus de 500 salariés, une centaine de pigistes réguliers et environ 200 pigistes occasionnels. Le chiffre de 105 licenciements concerne tant les salariés que les pigistes réguliers.

La société des journalistes de RTL a vivement regretté, lundi soir par communiqué, l'ampleur des licenciements et "les conséquences sociales qu'on imagine". Elle s'interroge sur la finalité de ces regroupements au sein d'une structure unique, "qui ne peuvent pas se limiter à des gains de productivité".

La SDJ exprime "son inquiétude quant au maintien du nombre de techniciens, réalisateurs, infographistes et autres métiers associés nécessaires à la mise à l'antenne des JT. Elle exprime aussi ses craintes pour la qualité de nos émissions qui ne se résument pas à un nom, une marque, mais sont autant de programmes définis par une personnalité, un style, une culture rédactionnelle spécifique. Nous souhaitons que la suite des négociations dans le cadre du plan 'Renault' permettent d'atténuer au maximum les conséquences sociales, ainsi que l'impact sur l'identité forte de nos programmes, qu'il s'agisse de magazines d'information ou d'émissions de divertissement."