Entreprise

Les vacances tournent au cauchemar pour des dizaines de passagers de Ryanair toujours bloqués en Grèce suite à l’annulation des vols de la compagnie low-cost ce dimanche. Une situation “scandaleuse”, d’après Nicolas Karavas, l’un de ces voyageurs lésés qui a contacté La Libre. “Ryanair reste injoignable, et depuis dimanche, personne n'est entré en contact avec nous pour fournir de l'aide ou une solution", dénonce-t-il. "La compagnie ne prend absolument pas la situation en charge, et laisse les passagers livrés à eux-mêmes. Certains se retrouvent là sans argent, d'autres ne se débrouillant ni en anglais ni en grec."

Le voyageur témoigne : “Nous devions repartir de Corfou (Grèce) ce dimanche 10 septembre à 20h40 et nous avons reçu un SMS de Ryanair à 18h55 le jour même nous annonçant que le vol était annulé. Nous étions déjà à l’aéroport. Le SMS nous renvoyait simplement vers un lien qui permet de se faire rembourser le billet ou changer de date”. A l’aéroport, tous les passagers se dirigent vers le bureau Ryanair espérant trouver une solution. Mais là, ils font face "à un seul steward débordé par la situation”. L'unique solution proposée par Ryanair via le lien envoyé par SMS était une place dans l’avion du dimanche 17”. Et les élus sont peu nombreux puisqu’il ne reste, le 10 septembre, qu’une vingtaine de places sur cet avion alors que plus de 100 passagers sont bloqués. “On nous indique à ce moment que les conditions climatiques en Belgique sont en cause”.

En fait, Ryanair justifiera cette annulation et d'autres par des orages en Italie qui auraient perturbé le réseau européen de la compagnie irlandaise. D’après nos informations, il s’agit pourtant d’un manque de pilotes et plus spécifiquement de commandants de bord disponibles qui serait la cause de cette annulation. “Un avion et l’équipage étaient prêts à décoller dimanche depuis Charleroi pour Corfou, mais faute de commandant de bord, l’avion est resté cloué au sol”, explique l’une de nos sources. Une version que Ryanair a démentie en expliquant avoir quotidiennement 200 pilotes en “stand-by”. “ S’ils ont autant de pilotes disponibles, pourquoi n’ont-ils pas affrété un autre avion dès le lendemain pour venir nous chercher ?” dénonce M. Karavas.

Notre interlocuteur et sa compagne ont finalement décidé de se rendre, à leurs propres frais, à Athènes où ils ont trouvé un vol pour la Belgique prévu ce jeudi. Et l'addition est salée. “Nous avons au final près de 2000 euros de frais supplémentaire. Nous devions reprendre le travail lundi et nous nous retrouvons moi et ma compagne en faute face à notre employeur qui est en droit de penser que notre absence est injustifiée vu que Ryanair a fait une communication mensongère stipulant que tous les passagers avaient été pris en charge. C’est une absence injustifiée et non payée. Ryanair a menti et nous fait passer pour des menteurs face à nos employeurs”.

Le voyageur lésé dit comprendre que les imprévus existent. “Mais il faut les assumer, peu importe la cause. Les bas coûts peuvent justifier un service inexistant et des avions sans confort, mais ne justifient pas un non-respect des lois et un total abandon de responsabilité.. Un mécanicien qui pratique des tarifs a la baisse n’a pas pour autant le droit de vous rendre votre voiture complètement détruite !”, conclut-il, très énervé.