Entreprise Chassez le naturel, il revient au galop. Alors que les dirigeants de la compagnie low cost Ryanair s'étaient montrés jusqu'ici prudents et plutôt constructifs dans leurs contacts avec différents syndicats européens, voici que le patron Michael O'Leary en remet une couche. En marge de la présentation des résultats trimestriels de Ryanair ce lundi, le bouillant Irlandais l'a prévenu : il refusera toutes "demandes risibles" (sic) d'alignement des conditions de travail de ses pilotes sur celles des compagnies traditionnelles. Ryanair se dit ainsi prête à affronter des grèves à Pâques

“Nous avons certaines juridictions où nous recevons des demandes risibles pour des conditions contre-productives de même type que dans les compagnies traditionnelles”, a expliqué Michael O'Leary, dans des propos relayés par l'agence Reuters. “Franchement, nous n‘accepterons jamais cela (...); si nous devons avoir des grèves ou des perturbations dans ces juridictions, et bien nous les aurons”, a poursuivi le patron de Ryanair. Les pilotes estiment pour leur part qu'ils demandent les mêmes conditions de travail que chez les concurrents à bas coûts de Ryanair, comme EasyJet et Norwegian.

D'après nos informations, la compagnie irlandaise continue à faire face à un exode important de ses pilotes et particulièrement de ses commandants de bord. Ryanair va d'ailleurs lancer une grande campagne de recrutement de "capitaines" ... en Afrique du Sud du 19 au 21 février prochains.

D'un pont de vue financier, tout va bien pour la compagnie irlandaise qui a publié un bénéfice en hausse de 12% pour son troisième trimestre clos fin décembre, en dépit de son problème de disponibilité de pilotes qui a entraîné 20000 annulations de vols et un conflit avec son personnel.