Salaires: "Dix cas montés en épingle !"

P.Lo. Publié le - Mis à jour le

Entreprise

Président de la Fédération des entreprises de Belgique depuis le printemps 2005, Jean-Claude Daoust, administrateur-délégué de la société d'intérim éponyme, passera le témoin le 17 avril prochain à Thomas Leysen, le patron d'Umicore. A la veille de son départ, il s'est confié à propos d'une série de thèmes d'actualité. Morceaux choisis.

1 Salaires des patrons : "Grâce aux deux codes, la sagesse prévaut. " "On monte en épingle une dizaine de cas, ce qui occulte le fait que beaucoup de chefs d'entreprise ne sont pas remerciés financièrement au même niveau alors qu'ils assument aussi de lourdes responsabilités 7 jours sur 7. La question des bonus relève de toute manière de la compétence des conseils d'administration. Pour moi, le vrai problème, ce sont les parachutes dorés qui profitent à des patrons qui n'ont pas réussi. Une politique salariale à deux vitesses ? C'est un raccourci trompeur. Ainsi, dans la banque par exemple, une norme salariale a été identifiée. Le processus est conforme aux attentes. Je ne vois aucun conflit. Légiférer ? Nous avons les codes Buysse et Lippens, ils évoluent dans le sens de la sagesse. Je ne crois pas trop à une réglementation même s'il est clair que nous ne vivons pas dans un monde idéal."

2 Indexation : "Un gel doit être possible ." "Le maintien de l'indexation automatique des salaires est une bonne chose pour notre pays. Celle-ci n'est pas remise en question. Les accords "all in" mis au point dans certains secteurs - une première dans le cadre du dernier accord interprofessionnel - constituent une piste de négociation pour la fin de l'année. S'il n'y a pas lieu de supprimer l'indexation, il est utile de pouvoir la geler. Vu l'inflation élevée, nous courons un risque, c'est clair."

3 Marché du travail : "Mieux gérer les talents." "Le marché du travail ne fonctionne pas de façon optimale, c'est bien connu. Depuis plus de dix ans, on fait des études sur les fonctions critiques et leur nombre ne cesse pourtant d'augmenter ! Le problème est d'autant plus aigu vu que l'écart se creuse entre la Flandre et la Wallonie. Je suis partisan d'une formation continue pour les gens qui travaillent. Une carrière professionnelle unique, chez un employeur unique, c'est du passé. Il faut gérer les talents et promouvoir les évolutions de fonctions pour créer de la richesse."

4Régionalisation du marché du travail : "Et pourquoi pas davantage ? " "La régionalisation du marché du travail est déjà une réalité si l'on songe par exemple à l'activation des chômeurs et au sanctionnement. Ceci dit, plus de régionalisation peut être un bien, notamment au nord du pays où les attentes sont importantes. Il convient aussi que la mobilité fonctionne mieux. Par ailleurs, on a besoin d'un pouvoir fédéral qui incite les régions à mieux dynamiser leur marché du travail. Si cela implique plus de régionalisation, pourquoi pas ? La FEB évolue dans ses réflexions. Elle est pour la sauvegarde du modèle belge et n'a pas une position figée."

5 Pacte de solidarité : "Une occasion manquée." "J'avoue une grosse déception. On a raté une bonne occasion d'expliquer à la population qu'elle est en train de laisser des dettes à ses enfants. On a surtout semé l'inquiétude alors qu'on aurait pu rassurer les gens en objectivant le problème et les solutions. On m'a rétorqué que, politiquement, c'était impossible. Résultat : le débat va revenir et ne sera pas facile à gérer. C'est pourtant simple. Si les gens travaillaient six mois de plus, une bonne partie des problèmes du pays seraient résolus."

6 Grèves sauvages : "Pourquoi pas un service minimum ?" "Les grèves sauvages, aux Tec ou ailleurs, ne sont pas tolérables. Il y a d'autres moyens de protester. Un service minimum serait opportun. Le droit des gens d'aller travailler est aussi sacré que le droit de grève."

Plus résolu que jamais à promouvoir le dialogue social, M. Daoust réaffirme son credo en faveur de la mobilité (géographique et entreprises-enseignement) et de l'usage des langues.

P.Lo.

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

  1. 1
    Photos
    Voici à quoi vont ressembler les nouveaux magasins Delhaize (PHOTOS)

    Ce nouveau concept sera inscrit dans près de 50 points de vente d’ici un an et demi. Découvrez en photos le nouveau look adopté par l'enseigne au lion.

  2. 2
    Les actionnaires de Ryanair infligent un camouflet à son président

    Les actionnaires de Ryanair ont infligé jeudi un camouflet à son président, réélu avec difficulté lors d'une assemblée générale annuelle tendue par un climat de grèves inédit au sein de la compagnie aérienne. David Bonderman n'a été réélu ...

  3. 3
    Air Belgium suspend pour l'hiver sa liaison vers Hong Kong: "Le partenaire privilégié n'a pas respecté ses engagements"

    La compagnie Air Belgium a décidé, suite à un défaut contractuel avec un partenaire majeur, de suspendre pour la saison d'hiver sa liaison entre Charleroi et Hong Kong, a confirmé vendredi le patron Niki Terzakis à Belga. Les conditions de confiance n'étaient pas réunies pour maintenir l'offre dans les mois qui viennent, mais le modèle de la compagnie est confirmé et l'emploi assuré. La reprise de la liaison est prévue en mars.

  4. 4
    Vidéo
    Michael O’Leary : "Une grève en Belgique ? Votre pays est petit pour Ryanair"

    Il avait le sourire. Avec 98  % des votes des actionnaires, Michael O’Leary, le patron de Ryanair, garde son poste d’administrateur au sein de la compagnie irlandaise. Mais l’assemblée générale annuelle des investisseurs, qui se tenait à une ...

  5. 5
    Chez Ryanair, ce sont les Américains qui commandent

    Ryanair est sans doute la plus américaine des compagnies aériennes européennes. Le transporteur irlandais ne s’est ainsi pas uniquement inspiré du modèle low cost de Southwest, l’une des principales compagnies des États-Unis, il a aussi ramené des ...

cover-ci

Cover-PM