Entreprise

M aintenant, c'est officiel, Shurgard est le numéro 1 du service de stockage en Europe du point de vue de l'espace net louable», clame fièrement Frank Boot, directeur des ventes et du marketing pour l'Europe. «Maintenant», c'est-à-dire depuis l'ouverture dans la banlieue londonienne, le mois dernier, du 52e «hôtel pour marchandises en mode self-service» européen. Une étape rapidement suivie par une nouvelle inauguration, la semaine dernière, aux Pays-Bas. «Nous avions 47 centres en Europe à la fin de l'année 2000. Il y en aura 25 de plus cette année-ci, au moins», ajoute Patrick Metdepenninghen, directeur exécutif des Finances pour l'Europe.

L'aventure de l'Américain Shurgard en Europe s'est déroulée jusqu'à présent conformément à un schéma de succès classique outre-atlantique: en 1994, la société immobilière belge d'origine suédoise Grana International, en panne d'activités rentables, envisageait de se lancer dans l'entreposage d'archives lorsqu'elle entendit parler du concept de Shurgard; les deux entreprises constituèrent d'abord une société commune, dans laquelle Shurgard prit une part minoritaire, qui allait évoluer avec le temps, au fur et à mesure d'une croissance sans tâche. Aujourd'hui, quatre Américains travaillent au bureau central européen de Shurgard, situé à Bruxelles, et «les échanges se font dans les deux sens, que ce soit par exemple en marketing ou en méthodes de construction». «Nous sommes une société européenne qui applique un concept américain», résume Patrick Metdepenningen, Belge des pieds à la tête, qui a troqué son ancien titre de directeur associé de Grana International contre celui de directeur financier exécutif au sein du groupe montant.

«Nous prévoyons la poursuite du développement du marché européen au rythme de 25 à 30 sites par an et, progressivement, nous espérons augmenter la production», poursuit le chef des finances. «Shurgard dispose de 103 millions d'euros, dont 75 millions sous la forme de capitaux frais apportés par deux nouvelles grandes banques européennes. Les actionnaires du groupe ont investi, quant à eux, à nouveau 28 millions d'euros.»

Dans un premier temps, les fonds frais serviront à financer les développements initiés en France et aux Pays-Bas, ainsi que la conquête du marché danois. Plus tard, il est prévu d'aborder les «autres marchés européens tentants», où la classe moyenne tient une place importante, et où l'espace habitable tend à manquer - Allemagne, Espagne, et Italie. «L'industrie se trouve à son tout début en Europe, mais le potentiel ici est plus important qu'aux Etats-Unis, où les habitations sont plus spacieuses», affirme Frank Boot. Loués à plus ou moins long terme par compartiments de tailles diverses, les sites Shurgard, reconnaissables à leur gros phare planté en bordure de routes hautement fréquentées, affichent des prix variables, basés sur le cours du marché immobilier local. Comme chaque bâtiment se voit confié à un seul gérant, au coeur d'un vaste réseau informatisé, Shurgard Europe, qui compte actuellement 149 employés dont 50 en Belgique, recrutera en force au cours des prochaines années.

© La Libre Belgique 2001