Entreprise

BRUXELLES

Déprime

LE BEL 20 A CLÔTURÉ EN BAISSE DE 2,08 PC. ] à 1.909,32 points dans un marché fort peu étoffé. Fortis (15,26) et Dexia (9,00) reculaient de 0,39 et 5,66pc tandis que la KBC (32,45) cédait 1,07pc. GBL (37,90) et Almanij (33,50) reperdaient de même 3,32 et 2,62pc aux Holdings où Ackermans reculait de 2,70pc. Umicore (36,70) et Tessenderlo (24,12) abandonnaient 0,8 et 5,4pc sans aucune animation tandis que Solvay (59,80) et UCB (29,00) repassaient de 1,1 et 2,6pc dans le rouge où elles retrouvaient Omega Pharma (42,00) qui était également en baisse de 2,1 pc. Colruyt (48,51) et Delhaize (17,80) chutaient par ailleurs de 2,9 et 3,9pc, Bekaert (41,55) de 4,8 pc et D'Ieteren (135,0) de 1,4 pc alors qu'on remarquait le plongeon de 17,8pc de la CMB (36,45) dont plus de 146.000 exemplaires avaient changé de mains. Interbrew (24,35) ne concédait que 0,6 pc et Solvus (7,20) se distinguait par un bond de 9,7 pc.

EUROPE

Crédit Suisse chute

HÉSITANTES UNE GRANDE PARTIE DE LA JOURNÉE,. ] les Bourses européennes ont limité leurs pertes en fin d'après-midi à l'annonce d'une nette hausse de l'indice ISM d'activité dans les services aux Etats-Unis. En fin de journée, l'indice Eurotop 300, qui cédait un moment donné jusqu'à 1,8 pc, abandonnait 1,28 pc. L'EuroStoxx 50 des vedettes cédait pour sa part 2,09 pc. L'allemand Bayer s'octroyait 1,3 pc à 19,45 € en fin de séance tandis que le suisse Syngenta a bondi de 4,06 pc. Aux bancaires, le Crédit Suisse, dont la notation de la dette a été placée sous surveillance négative par Standard & Poor's après l'injection de deux milliards de francs suisses dans sa filiale d'assurance Winterthur, a été lourdement vendu. Le titre a chuté de 13,93 pc. Autre financière suisse à la peine, Swiss Re, numéro deux mondial de la réassurance, a rétrogradé de 5,13 pc à 83,25 francs après un déclassement de sa note par S&P, de `AAA´ - le cercle très fermé des émetteurs les mieux notés - à AA-Plus. Vodafone, qui a laissé entendre mercredi qu'il pourrait racheter des actions, a monté de 3,33 pc à 92,31 pence. Barclays, un temps éprouvée par la révision en baisse des prévisions de Bank of New York, a limité les dégâts, ne cédant plus que 2,1pc à 407,17.

WALL STREET

Nervosité

LA BOURSE AMÉRICAINE. ] A DE NOUVEAU RECULÉ jeudi à l'issue d'une séance en dents de scie, déprimée par les incertitudes sur la santé de l'économie américaine. Le Dow Jones a cédé 0,50pc (- 38,42 points) à 7717,19 points après avoir oscillé pendant presque toute la journée entre le positif et le négatif. Le Nasdaq a de son côté décliné de 1,83pc (- 21,74 points) à 1165,56 points, retombant au plus bas depuis septembre 1996. Le S&P 500 a baissé de 1,08pc (-8,96 points) à 818,95 points. Le marché obligataire a lui aussi reculé, reflétant l'extrême méfiance des investisseurs envers les places américaines, le rendement de l'obligation du Trésor à 10 ans s'élevant à 3,682pc contre 3,673pc mercredi soir et celui à 30 ans à 4,737pc contre 4,718pc.

La nouvelle qui a principalement déprimé les investisseurs a été l'annonce par le fabricant de microprocesseurs Advanced Micro Devices (AMD) d'un chiffre d'affaires au 3e trimestre très en deçà de ses prévisions initiales. Le titre a perdu près du tiers de sa valeur, avec une chute de 32,40pc à 3,63 USD. De nouvelles révélations ont malmené le secteur financier jeudi. Selon le `Wall Street Journal´, Goldman Sachs a réservé à 21 hauts dirigeants des plus célèbres groupes américains de généreuses allocations d'actions en passe d'être introduites en bourse, en échange de juteux contrats d'investissements. Ce secteur a dévissé : Goldman Sachs chutant de 4,04pc à 62,90 USD, Merrill Lynch de 5,76pc à 31,24 USD, Morgan Stanley de 6,82pc à 31,68 USD, JP Morgan Chase de 3,45pc à 17,62 USD et Citigroup de 3,68pc à 28,51 USD.

© La Libre Belgique 2002