Entreprise

Le tax shelter est un incitant fiscal qui vise à attirer des capitaux privés dans l'industrie audiovisuelle belge. Les sociétés privées peuvent ainsi investir dans des œuvres cinématographiques et déduire cet investissement à 150%. En 2011, plus de 150 millions d'euros ont ainsi été investis. Depuis son instauration, le tax shelter est devenu la première source de financement du cinéma en Belgique. Les très bons chiffres de l'année 2011 confirment cette tendance. "En période de crise, le tax shelter représente un produit refuge pour les investisseurs", explique Jeremy Burdek, CEO de uFund. "Depuis 2004, 879 sociétés ont ainsi eu recours à ce système via notre société. Pour l'année 2011, nous avons levé 47 millions d'euros qui ont permis de coproduire 25 films, un record", ajoute-t-il.

Si le tax shelter permet de financer des films d'initiative belge comme "Rundskop" (Tête de boeuf) ou "Hitler à Hollywood", il attire aussi des productions internationales en Belgique. Tel est le cas de "The Artist" et de "The Expatriate", un thriller avec Aaron Eckhart tourné en partie à Bruxelles qui sortira cette année.

"La Belgique a la chance d'avoir un système de tax shelter très compétitif", analyse Jeremy Burdek. "Il permet de lui donner un rayonnement international et nous avons l'ambition de faire de la Belgique un centre européen du cinéma."