Entreprise

L'accord conclu par Ryanair avec un syndicat irlandais de pilotes "ne change rien" dans le conflit social qui oppose la direction de la compagnie aérienne à bas coûts à plusieurs syndicats belges et européens, a réagi le syndicat CNE. Ryanair a annoncé jeudi avoir conclu un accord avec le syndicat de ses pilotes irlandais Forsa, qui pourrait potentiellement mettre fin à un conflit qui a entraîné cinq jours de grève en Irlande. 

Les pilotes irlandais doivent encore se prononcer sur cet accord, conclu après une réunion marathon de 22 heures qui s'est terminée jeudi matin et dont le contenu n'a pas été dévoilé.

Les pilotes irlandais réclamaient notamment un meilleur système de promotion et de congés annuels ainsi qu'une voix au chapitre quant à leur poste d'affectation.

"Ce ne sont pas du tout les mêmes revendications que les nôtres", a réagi Didier Lebbe, secrétaire permanent à la CNE. "Nous demandons l'application des législations sociales nationales (dans les différents pays où Ryanair opère, au lieu du droit irlandais, une demande qui ne concerne pas les pilotes irlandais, NDLR) et nos revendications concernent non seulement les pilotes mais aussi le personnel de cabine", ajoute le responsable au syndicat chrétien.

"Ce syndicat irlandais n'a pas participé à notre mouvement européen, cela ne change rien pour nous", souligne encore Didier Lebbe alors que la CNE s'est alliée avec des syndicats portugais, espagnols et italiens pour revendiquer un changement radical de business model chez Ryanair.

Ce conflit social a déjà donné lieu à plusieurs actions dont une première grève paneuropéenne de pilotes le 10 août, avec des arrêts de travail non seulement en Irlande, mais aussi en Allemagne, en Belgique, en Suède et aux Pays-Bas.

De son côté, le pendant flamand de la CNE, le syndicat LBC-NVK, juge également que l'accord dégagé jeudi en Irlande n'aura aucun effet sur la détermination du personnel belge de Ryanair.