Entreprise

Tesla, qui essaie de devenir rentable cette année mais peine à régler les problèmes entravant la production de son dernier modèle de véhicule électrique, a confirmé lundi avoir demandé à "un peu moins d'une dizaine de fournisseurs" des ristournes sur des contrats déjà signés.

Le quotidien américain Wall Street Journal avait, sur la base d'une note interne du groupe, affirmé dimanche que le constructeur automobile avait demandé à certains de ses fournisseurs des rabais sur des contrats en cours, faisant chuter son titre de 3,31% à la Bourse de New York lundi.

"La négociation est une composante habituelle du processus d'achat et maintenant que nous sommes dans une meilleure position avec la montée en cadence de la production du Model 3, c'est le bon moment pour améliorer notre avantage compétitif en la matière", a souligné un porte-parole du groupe lundi dans un message transmis à l'AFP.

"On cherche à parvenir à des coûts plus viables sur le long terme, pas juste à décrocher des rabais pour ce trimestre", a-t-il ajouté.

"Tout changement" dans les contrats passés avec les fournisseurs avec lesquels le groupe a engagé des négociations pour des dépenses relatives à des projets engagés en 2016 "améliorerait notre trésorerie à l'avenir mais n'aurait pas d'effet sur notre capacité à être rentable au 3e trimestre", a aussi assuré le porte-parole.

Tesla est depuis plusieurs mois sous pression des marchés financiers car son Model 3, censé faire entrer le constructeur dans la production de masse, a connu d'importants retards de production.

La trésorerie du groupe est restée dans le rouge au premier trimestre, présentant un déficit d'un milliard de dollars. Les résultats du deuxième trimestre doivent être publiés le 1er août.

Citant des experts du secteur, le WSJ relevait dimanche que si les demandes de baisse de prix lors de programme de développement ne sont pas inhabituelles, une telle requête pour des contrats passés est, elle, plutôt surprenante.