Entreprise

Dans le cadre du scandale Cambridge Analytica, Test-Achats demandera des comptes à Facebook ce mercredi.

Test-Achats, avec ses homologues italien (AltroConsumo), espagnol (OCU), portugais (Deco Proteste) et brésilien (Proteste), rencontrera mercredi Facebook pour évoquer le scandale Cambridge Analytica. Ils réclameront des "engagements clairs" en faveur des consommateurs, a annoncé mardi l'organisation dans un communiqué. Les organisations veulent savoir quelles mesures le réseau social compte prendre pour "éliminer les conséquences et les risques pour les consommateurs et pour s'assurer qu'il garantisse l'application et le respect des droits des consommateurs", détaille Test-Achats. "Mais également pour savoir de quelle façon Facebook compte indemniser les consommateurs pour l'utilisation abusive de leurs données."

"Le symptôme d'un système bien plus large"

Pour Test-Achats, Cambridge Analytica n'est que "le symptôme d'un système bien plus large qui doit être revu et corrigé: celui qui permet que des données soient collectées et partagées avec des tiers sans que les consommateurs ne le sachent et sans rien percevoir en retour".

Pour éviter que le développement de l'économie des données ne s'accompagne d'une "dégénérescence dangereuse", les consommateurs doivent être "mis au centre de celle-ci", selon Test-Achats. "Il est temps de trouver des solutions structurelles pour que tout l'écosystème puisse bénéficier des évolutions technologiques, et pas seulement les entreprises."

Selon les estimations, les données personnelles de 87 millions de personnes, dont 61.000 Belges, auraient été transmises à Cambridge Analytica de manière inappropriée.

Le PDG de Facebook Mark Zuckerberg va reconnaître devant le Congrès américain, lors d'auditions mardi et mercredi, qu'il a fait une "erreur" personnelle en ne faisant pas assez pour lutter contre les mauvais usages du réseau.