Entreprise Les décrochages publicitaires belges de la chaîne française démarrent ce mercredi 6 septembre. Pour les acteurs historiques, RTBF et RTL, c’est une mauvaise nouvelle. Bruno Liesse, patron de l’agence média Carat, se montre prudent.

Ce mercredi 6 septembre, en début de soirée, les téléspectateurs belges de TF1 devraient voir passer, à l’occasion d’un tunnel publicitaire dont la chaîne privée française a le secret, un spot aux accents noir-jaune-rouge. Dans le jargon de la télé, on parle de "décrochage publicitaire".

La diffusion de ce spot - dont on ignore encore l’identité de l’annonceur - constitue un événement. Cela fait effectivement plus de 25 ans que TF1, première chaîne d’Europe en termes d’audiences, envisage de commercialiser les centaines de milliers de téléspectateurs belges qui, quotidiennement, se ruent sur des programmes à succès tels que "Koh-Lanta" ou "The Voice". Chaque jour, TF1 touche entre 15 et 20 % des téléspectateurs domiciliés à Bruxelles et en Wallonie. Enorme.

Par le passé, à au moins deux reprises, TF1 a tenté de commercialiser son audience belge auprès d’annonceurs actifs en Belgique francophone (comme elle le fait, depuis quelques années, en Suisse). La chaîne avait, à chaque fois, été contrée sur le terrain juridique. Aujourd’hui, le droit européen ne fait plus obstacle aux décrochages publicitaires de TF1 en Belgique.