Entreprise

ANALYSE

Il y a quelques jours à peine, plusieurs Bourses reculaient à proximité des indices les plus bas de l'année. Le Bel 20, par contre, a bien résisté. Il vient même de battre à deux reprises son record de l'an 2004. Précédemment déjà, la croissance économique belge s'était révélée plus forte que pour l'ensemble de la zone euro. La remontée de la Bourse de Bruxelles vient donc confirmer cette réalité au moment où plusieurs sociétés ont diffusé des informations très positives.

OPTIMISME BANCAIRE

Bilan global très positif pour le bancassureur Fortis. Son bénéfice net trimestriel a certes fléchi à cause de la diminution des plus-values nettes et d'un apport moindre en correction de valeurs sur le portefeuille d'actions. Mais, les performances opérationnelles se sont fort améliorées: le résultat d'exploitation global du groupe avant plus-values est passé à 685 millions d'euros, alors que les analystes tablaient sur un résultat situé entre 513 et 591 millions. C'est néanmoins le résultat net du premier semestre qui est avant tout à la base de sa hausse boursière: il a triplé, grâce surtout aux plus-values provenant de la vente de 65 pc d'Assurant et de Seguros Bilbao. L'optimisme est donc de mise. D'après son patron Anton van Rossum, «sauf circonstances imprévues et sur la base du niveau actuel des marchés d'actions, nous devrions enregistrer une croissance de 10 pc au moins du résultat courant global de Fortis en 2004». Cette prévision paraît tout à fait réaliste.

MI-FIGUE, MI-RAISIN

Le jugement à double tranchant prononcé par le tribunal d'Amsterdam dans l'affaire Legio Lease donne partiellement raison à Dexia Bank Nederland. Il rejette l'action de la fondation Eegalease qui représente plusieurs milliers de conjoints de clients de Dexia. Mais il donne raison à trois conjoints de clients qui ont introduit une action en leur nom aux côtés d'Eegalease. Le leasing d'actions peut donc être considéré comme une vente à terme, qui requiert dès lors l'accord du conjoint. Ce jugement, apparemment mi-figue, mi-raisin, serait néanmoins à l'avantage de Dexia. C'est l'avis de plusieurs opérateurs boursiers, puisqu'en l'espace de deux séances l'action de ce groupe bancaire a haussé de plus de 2,2 pc. Ils ont également accueilli favorablement la décision de Dexia de faire appel de la seconde partie du jugement.

Le gestionnaire de réseau de transport de gaz naturel Fluxys s'est distingué, tout comme Distrigaz, actif dans la vente de gaz naturel. Le bénéfice semestriel de Fluxys a nettement progressé, grâce notamment à une rentrée exceptionnelle. Distrigaz a également fait mieux que prévu. Un sérieux bémol tout de même: les ventes étant fort affectées par la concurrence, son chiffre d'affaires a reculé et l'exercice en cours devrait se solder par un résultat inférieur à celui de 2003.

UN LION EN CAGE

Début août, le groupe Delhaize avait annoncé sa décision de se séparer de sa filiale Food Lion en Thaïlande, qui avait subi en 2003 une perte de 10,5 millions d'euros. Il a fallu se rendre à l'évidence: Food Lion Thailand n'avait pas un potentiel suffisant dans un pays d'une forte densité de la distribution alimentaire mais d'un faible pouvoir d'achat. Le retrait du groupe se voit confirmé par la conclusion d'un accord avec un groupe local qui prévoit la vente à ce dernier d'une partie de ses supermarchés. La transaction, qu'a signée le groupe local Central Retail, n'est pas encore définitivement clôturée, car certains points doivent encore être réglés. De toute façon, Delhaize est sur le point de s'enlever une épine du pied.

On ne peut pas en dire autant de Ahold, qui a perdu 8 pc environ cette semaine, suite à l'annonce de résultats inférieurs aux attentes. Ce groupe a beau prétendre qu'il ne s'agit que d'un exercice de transition, les investisseurs estiment qu'il n'est pas encore sorti de l'auberge.

Notons encore le bond de quelque 10 pc de CMB, qui tire avantage de frets maritimes atteignant des hauteurs vertigineuses. Mais, pour combien de temps encore ? Umicore s'est aussi distingué, après l'annonce d'un résultat en hausse de 300 pc ! La mise au point de composés qui réduisent la consommation de cobalt ne fait que renforcer les espoirs mis dans ce groupe industriel. Une bonne note aussi pour Belgacom, dont la progression de 10 pc du bénéfice contredit les prévisions qui faisaient état d'un recul proche de 10 pc !

© La Libre Belgique 2004