Entreprise

Créé en 2003, Lampiris, le "fournisseur vert, belge et moins cher", a donc été racheté par la compagnie pétrolière française Total. Elle va débourser entre 150 et 200 millions d’euros pour acquérir la totalité du fournisseur liégeois d’énergie. Analyse de cet accord avec Tom Van de Cruys, le CEO de Lampiris, et John Shead, vice-président gaz et électricité chez Total.

Qu’est-ce qui a été décidé ? Le dossier Lampiris est resté ouvert pendant neuf mois. Durant ce laps de temps, les actionnaires du fournisseur d’énergie sont passés du scénario d’un rachat d’un petit acteur à celui d’une fusion, pour finalement aboutir à l’absorption par un géant. Bruno Venanzi et Bruno Vanderschueren, les deux fondateurs de Lampiris, tenaient à ce que leur bébé reste à Liège et que l’emploi soit maintenu. Ces deux conditions figurent noir sur blanc dans les contrats signés mardi avec Total. En revanche, on ne sait pas exactement pendant combien d’années ces clauses devront être respectées. Par ailleurs, Tom Van de Cruys, l’actuel CEO, continuera à gérer les activités belges et françaises de Lampiris, sous la direction d’un manager de Total. Quant à la marque Lampiris, elle devrait "probablement" être maintenue sur le marché belge, mais elle pourrait disparaître en France au profit de Total.

Fini, l’électricité verte ? Un argument massue a fait le succès de Lampiris : celui de garantir une électricité 100 % verte à ses clients (plus d’informations ci-contre). Suite à l’annonce de son rachat par Total, plusieurs clients ont menacé, sur les réseaux sociaux, de quitter le fournisseur. Comment Lampiris justifie-t-il ce choix ? "Nous nous inscrivons dans le Total de demain, pas dans celui d’hier, répond Tom Van de Cruys. Tous les nouveaux investissements de Total se font dans l’énergie verte. De notre côté, nous continuerons à fournir de l’électricité verte à nos clients. Total permettra à Lampiris d’augmenter le nombre de contrats passés avec des producteurs indépendants. En revanche, nous devons oublier la partie belge de notre slogan."

Quel est l’intérêt pour Total ? Après ses investissements dans le photovoltaïque et le stockage d’électricité, la "major" pétrolière essaie de diversifier ses activités. Total est déjà présent sur le segment de la fourniture d’énergie à la clientèle professionnelle : au Royaume-Uni, en France, en Allemagne, en Espagne, aux Pays-Bas et en Belgique. Grâce à l’acquisition de Lampiris, la "major" acquiert un savoir-faire dans la fourniture d’énergie aux particuliers. L’objectif est maintenant de s’implanter sur le marché résidentiel dans d’autres pays. "La plateforme de Lampiris pourra nous aider à nous implanter sur le marché résidentiel, précise John Shead. Nous sommes intéressés par plusieurs pays."

4 Quel est l’intérêt pour Lampiris et les Bruno ? Bruno Venanzi et Bruno Vanderschueren vont chacun toucher entre 45 et 60 millions d’euros grâce à la vente de Lampiris. Le Standard de Liège, dont le premier cité est président, pourra peut-être en profiter… Selon Tom Van de Cruys, le deal était également nécessaire pour la pérennité de Lampiris. "Le marché de la fourniture d’énergie est très international, c’est presque intenable pour un fournisseur local, explique le CEO. Grâce à Total, on va pouvoir investir, ils ont un projet de croissance pour la Belgique."

© ipm