Entreprise

Le patron de Pairi Daiza, Éric Domb, et le ministre wallon de la Nature, René Collin, ont signé samedi le contrat de gestion conclu entre la Wallonie et la Fondation Pairi Daiza pour l'expérimentation d'une gestion différenciée des 1.645 hectares de la forêt de Saint-Michel Freyr. Le contrat approuvé jeudi par le gouvernement wallon et signé samedi en lisière de la forêt domaniale de Saint-Michel Freyr porte sur une durée de 20 ans, renouvelable à trois reprises, pour une durée potentielle de 80 ans.

"Le projet vise à atteindre le meilleur équilibre possible entre les besoins biologiques de la forêt et l'activité humaine", explique Éric Domb. "Notre principale motivation reste la préservation de la biodiversité. Pouvoir inscrire ce projet sur le long terme est essentiel dans la mesure où les cycles de la forêt sont longs."

Le projet comprend trois phases: l'élaboration d'un Master Plan sous l'égide du département de la Nature et des Forêts de la Wallonie (DNF) ainsi que d'une équipe de scientifiques constituée par la Fondation Pairi Daiza (2 ans), les réglages nécessaires (5 ans), et puis l'expérimentation. Le contrat de gestion prévoit plusieurs balises, dont le maintien du régime forestier, de la circulation en forêt et des activités cynégétiques, la renaturation de la forêt, ainsi que l'intégration aux politiques de développement territorial et touristique.

Éric Domb a longuement insisté sur l'aspect désintéressé de la démarche, comme le prévoyait l'appel d'offre initial. "Nous n'attendons aucun retour sur investissement. Je suis un humble mais enthousiaste amateur de forêt dont le travail consiste à rassembler des scientifiques autour d'un projet."

Cette convention fait suite à l'abandon, en avril 2017, du projet Nassonia qu'Éric Domb souhaitait implémenter sur la commune de Nassogne, en raison de l'adoption par les autorités communales d'un cahier des charges visant la location de plusieurs lots de chasse. La Région wallonne avait réagi par le lancement d'un appel à projets visant à développer un mode de gestion différencié sur Saint-Michel Freyr, site Natura 2000 sélectionné sur base d'une étude universitaire commandée par le ministre René Collin. Deux candidats s'étaient manifestés, dont la fondation d'Éric Domb.

"J'entends démontrer à travers ce projet expérimental qu'un partenariat entre le savoir faire du DNF et l'expertise d'un promoteur privé peut être favorable au renforcement de la biodiversité, à la recherche scientifique, et à l'attractivité touristique", a conclu le ministre Collin.