Entreprise

Le marché européen de l'automobile a enregistré une baisse de 1,7 pc de ses ventes au cours des 6 premiers mois de l'année. Toutefois, dans ce marché en régression, les situations individuelles sont assez contrastées. «Certains comme Peugeot, VW ou BMW s'en sortent plutôt bien grâce à une bonne gamme, ce qui leur permet de prendre des parts de marché à leurs concurrents», remarque Benoît Derème, analyste financier chez Cordius Asset Management.

Et Opel fait partie de ceux qui perdent du terrain. «Le groupe enregistre une nette érosion de ses ventes depuis quelques années. Sur le marché allemand, sa part de marché était de 17 pc en 95, cette année, elle n'est plus que de 12 pc.» Une gamme vieillissante et une forte concurrence sur le segment C (moyen de gamme) expliquent les déboires d'Opel. La Corsa et l'Astra ont des difficultés à concurrencer les 206, 307 et autre Golf. «Seule la Zafira s'en sort bien. Mais, c'est un marché de niche où les volumes sont faibles. Or, dans une industrie comme l'automobile, ce sont les volumes qui font la rentabilité compte tenu des coûts fixes qui sont énormes dans le secteur.»

Comment le constructeur allemand peut-il dès lors espérer sortir du trou? «Il doit renouveler sa gamme, mais une telle opération ne se fait pas rapidement. Il faut 4 à 5 ans. A court terme, il n'y a donc qu'une solution: adapter la capacité à la demande. Opel n'a donc d'autre choix que de réduire ses coûts en réduisant la production.»

De l'autre côté de l'Atlantique, le marché automobile se porte encore plus mal qu'en Europe.

Le marché américain a en effet enregistré une baisse de 6,4 pc du volume des ventes au cours des sept premiers mois de l'année. En plus, souligne Benoît Derème, «les constructeurs se livrent une concurrence acharnée sur les prix, ce qui réduit les marges. On parle pour l'instant de rabais qui atteignent en moyenne 2 000 dollars».

Les constructeurs américains sont en plus confrontés à une forte concurrence des Japonais sur le marché des «light truck» (4x4, pickups, Vans) et des Européens sur le segment des voitures de luxe.

© La Libre Belgique 2001