Entreprise

Rendez-vous ces samedi et dimanche pour un petit-déjeuner inhabituel. D’abord, il ne s’agit pas d’un petit-déjeuner, mais bien de 184. Ou plutôt d’un petit-déjeuner proposé dans 184 lieux (contre 166 il y a un an) en Wallonie et à Bruxelles. En outre, ce petit-déjeuner se veut différent. Equitable et bavard. Au menu, des produits équitables et l’occasion d’en savoir plus sur le commerce du même nom, d’en discuter avec des acteurs du secteur. Aux fourneaux, Oxfam-Magasins du monde, ses équipes locales et des "groupes de citoyens actifs dans leur localité" (qui ont mis sur pied plus de 80 petits-déjeuners cette année). Sur la table, du café, du thé, des jus de fruits et on en passe. Et dans les pays du Sud, des paysans qui ont reçu un juste prix pour leur production, un des éléments clés du commerce équitable.

Plus de 40 000 personnes sont attendues ces 22 et 23novembre pour cette 17e édition des petits-déjeuners (www.omdm.be/petitsdéjeuners.). Elles étaient 38 761 en 2007, et 39 756 un an auparavant. "Le commerce équitable est un concept qui rencontre de plus en plus de succès à l’heure actuelle; la démarche des petits-déjeuners est conviviale et le rendez-vous connu et apprécié", se réjouit-on chez Oxfam-Magasins du monde.

Cette année, les amateurs feront connaissance avec le quotidien des artisans de Minka, un partenaire péruvien "historique" d’Oxfam. "Si l’alimentaire a plus le vent en poupe, notamment via la grande distribution, l’artisanat reste une activité essentielle", explique Jérôme Chapelier, directeur politique d’Oxfam-Magasins du monde, "le plus gros importateur du secteur en Belgique". "C’est un secteur moins organisé, plus informel. Ce sont souvent des femmes qui travaillent et leur revenu complète celui issu de l’agriculture et permet de garder une activité au niveau rural. De plus, les coopératives ne regroupent souvent que quelques dizaines d’artisans, l’accès au marché est difficile et les intermédiaires peu scrupuleux ne sont pas rares."