Entreprise On ne sait pas encore quels aéroports du pays sont concernés par cette action des douaniers.

Les douaniers en ont marre. Après une année de négociations avec Johan Van Overtveldt (N-VA), ils estiment que leur ministre de tutelle ne respecte pas ses promesses. "Les douaniers n’ont d’autre choix que d’organiser des actions dès ce mercredi 13 juin", peut-on lire dans un communiqué du syndicat UNSP-Finances.

Quel type d’actions va être mené ? Officiellement, le communiqué de l’UNSP-Finances ne donne aucune indication. Mais il ne fait aucun doute qu’un ou plusieurs aéroports du pays vont être touchés.

En juin 2017, les douaniers avaient déjà mené de telles actions aux aéroports de Zaventem et de Charleroi. A l’époque, il avait été conseillé aux voyageurs d’arriver trois heures avant leur vol pour anticiper les ralentissements prévus. Mais même avec ces ralentissements, aucun problème majeur n’avait été déploré lors de ces deux précédentes actions.

Les syndicats représentatifs des douaniers réclament depuis longtemps une amélioration de leurs conditions de travail : le recrutement d’agents supplémentaires, une allocation de port d’arme pour les agents actifs dans la lutte contre le terrorisme, l’organisation de l’ensemble des formations nécessaires et la mise à disposition du matériel nécessaire et adéquat.

"Nous voulons du respect"

"Deux camions scanners sont aujourd’hui en fin de vie et il n’y a pas de budget pour les remplacer, déplore Nathalie Lekeux, secrétaire générale de l’UNSP-Finances. En outre, un douanier armé ne bénéficie pas de la même prime qu’un policier ou un militaire chargé de la surveillance des aéroports."

"Les événements récents le démontrent encore malheureusement, un agent en uniforme est une cible potentielle. Les douaniers demandent simplement le respect et l’égalité de traitement", ajoute-t-elle.