Entreprise Le constructeur, contrôlé par la famille Agnelli, aurait reçu une offre d’un groupe chinois.

Le groupe automobile italo-américain Fiat-Chrysler Automobiles (FCA) serait une cible de choix pour un groupe chinois, à en croire certains experts du secteur.

Le site spécialisé américain Automotive News a affirmé en début de semaine que les représentants d’un constructeur automobile chinois "bien connu", mais qui n’est toutefois pas nommé, ont fait au moins une offre en juillet pour acquérir FCA "un peu au-dessus de sa valeur de marché" actuelle. Interrogé par l’AFP, le constructeur s’est refusé à tout commentaire mais son action a fortement progressé en Bourse, gagnant près de 10 % depuis la publication de cette information.

Pas un précédent

Automotive News a précisé que les approches chinoises ont été rejetées par le constructeur italo-américain qui les juge insuffisantes. "Il ne s’agira pas d’un rapprochement mais d’une acquisition en bonne et due forme", affirme Joseph Phillippi, président de Auto Trends Consulting. Il rappelle que FCA possède notamment les marques Jeep et Ram très populaires aux Etats-Unis mais aussi, dans le cas de Jeep, en Chine et dans le reste du monde. "FCA pourrait aussi faire fabriquer des petites voitures en Chine qui seraient tout à fait concurrentielles avec l’aide de FCA en matière de conception", ajoute-t-il.

FCA ne serait pas le premier constructeur de renom à passer sous contrôle chinois. Le suédois Volvo appartient à Geely depuis 2010 et affiche depuis une forte progression de ses résultats, la Chine représentant désormais plus de 20 % de ses ventes. Le premier constructeur américain General Motors vend pour sa part plus de voitures en Chine qu’aux Etats-Unis avec 287 500 véhicules vendus en juillet (pour 226 100 aux Etats-Unis) et plus de deux millions depuis le début de l’année. De son côté, FCA a vendu en Chine 110 000 voitures fabriquées sur place sur les six premiers mois de l’année entre avril et juin, notamment grâce à une forte progression des ventes de Jeep construites dans le cadre d’une joint-venture avec GAC Group.

Une réponse au déclin des ventes américaines

Chrysler, avant son rachat en 2009 par Fiat alors qu’il était en faillite, a été l’un des premiers constructeurs automobiles américains à s’implanter en Chine avec Jeep au début des années 1980. Face au déclin actuel des ventes aux Etats-Unis, une acquisition par un groupe chinois pourrait offrir à Fiat-Chrysler une planche de salut, notamment pour ses marques Chrysler, Dodge et Fiat ainsi que les moyens nécessaires pour développer ses activités de recherche et de développement. Le groupe, contrôlé par la famille italienne des Agnelli, vend actuellement 4,5 millions de voitures par an dans le monde sous les marques, Fiat, Chrysler, Jeep, Dodge, RAM, Alfa-Romeo et Maserati. Son PDG actuel, Sergio Marchionne, a donné en 2015 son indépendance à Ferrari et pourrait faire de même pour Alfa Romeo et Maserati.

Faire passer ensuite les marques Fiat, Dodge, Chrysler, Jeep et Ram sous contrôle chinois pourrait faire partie de sa stratégie.