Unibet attaquée de toutes parts

Ph. G. Publié le - Mis à jour le

Entreprise

Unibet, société qui gère des sites Internet de paris sportifs, dérange plusieurs acteurs des milieux du sport et du jeu.

Dans le domaine sportif, de grands clubs de football et certains joueurs célèbres estiment qu'Unibet porte atteinte à leur image, leur nom et aux marques qu'ils détiennent.

Zidane, Beckham, Ronaldo...

Vendredi, le tribunal de commerce de Liège a débouté plusieurs clubs et joueurs. Il y avait du beau monde parmi les parties à la cause : Zidane, Beckham, Raul, Ronaldo, Victor Baia, etc. Du côté des clubs, l'action était menée par le Real de Madrid, la Juventus de Turin, le PSV et le FC Porto, entre autres. Tous se plaignent "de ce qu'Unibet utilise leur nom, leur image, ou encore leur marque", précise le jugement liégeois. Des actions similaires, en référé, avaient déjà eu lieu. Un juge allemand avait fait droit à une demande de David Beckham et avait interdit à la société Mr. Bookmaker (reprise par Unibet) d'utiliser à titre commercial la photo du joueur. En France, le juge des référés avait décidé qu'il n'y avait pas d'apparence d'atteinte aux droits des joueurs, ce qui l'empêchait de se prononcer. Pourquoi une nouvelle action et pourquoi à Liège ? N'ayant pas eu gain de cause en référé, les joueurs et clubs espéraient gagner au fond. Et comme Internet est accessible partout, ils pouvaient agir devant toute juridiction. Ils ont opté pour Liège où se situe le cabinet de leur avocat. Mal leur en a pris. Le juge a estimé que le litige sur les marques était de la compétence du tribunal de Bruxelles. Et il a débouté les demandeurs pour les atteintes à l'image et au nom.

La Loterie attaque aussi

Unibet est également dans le collimateur de la Loterie nationale. L'entreprise publique a déposé plainte contre l'opérateur. Une instruction a été ouverte par le parquet de Gand. Unibet a lancé, via son site, un billet à gratter appelé Trixx. Le problème c'est que ce nom a été déposé par la Loterie pour un jeu qu'elle proposait jadis. "Cela porte préjudice à nos activités", dit-on à la Loterie qui rappelle que les sociétés de paris en ligne sont illégales en Belgique. L'avant-projet de loi de la ministre de la Justice, Laurette Onkelinx, actuellement débattu au Parlement, légalise en partie les paris sur Internet. Il prévoit d'octroyer, moyennant des critères stricts, des licences à un nombre limité d'opérateurs. Mais ce projet ne porte pas atteinte au monopole de la Loterie en ce qui concerne les jeux de loterie, souligne-t-on au cabinet de la ministre.

et S. Vdd.

© La Libre Belgique 2006
Ph. G.

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

cover-ci

Cover-PM