Entreprise

Le géant anglo-néerlandais de l'agroalimentaire et des cosmétiques Unilever a annoncé ce jeudi que son siège social allait quitter Londres pour être regroupé dans une seule entité juridique aux Pays-Bas, un développement qui intervient à près d'un an du Brexit. Le groupe, connu pour les produits Dove, la célèbre Marmite britannique ou les crèmes glacées Ben & Jerry's, disposait jusqu'à présent de deux sièges sociaux, l'un à Londres et l'autre à Rotterdam.

Coup dur pour Londres

L'abandon du siège social londonien représente un coup dur pour le gouvernement conservateur de Theresa May qui se démène pour convaincre les entreprises de rester ou de venir au Royaume-Uni malgré les incertitudes du Brexit.

Unilever explique dans un communiqué que les 7.300 personnes qu'il emploie au Royaume-Uni, ainsi que les 3.100 aux Pays-Bas, ne seront pas affectées par cette décision.

Conserve sa cotation

De même, le groupe conservera ses trois cotations distinctes à Londres, Amsterdam et New York.

Le groupe justifie sa décision par son souhait de renforcer et de simplifier sa structure, afin de créer à terme plus de valeur pour ses actionnaires.

Pour Ernesto Bisagno, vice president, senior credit officer chez Moody's en charge de la notation du groupe Unilever, "la simplification de la structure d'entreprise n'affectera pas es détenteurs d'obligations d'Unilever, car nous prévoyons que les détenteurs d'obligations existants continueront d'être traités de manière égale". Il ajoute que Moody's "prévoit que les obligations émises par le Groupe continueront à bénéficier des garanties existantes et de la garantie de la nouvelle société mère."

En parallèle, Unilever se restructure en trois divisions, les produits de beauté, les produits domestiques, qui seront toutes deux situées à Londres, et l'alimentaire, basée à Rotterdam.

Ces changements ont été élaborés par le groupe depuis le spectaculaire rejet d'une offre de rachat lancée par son rival américain Kraft Heinz début 2017.

La presse britannique s'était fait l'écho d'une récente rencontre entre des responsables du gouvernement britannique et Unilever pour discuter du possible déménagement du siège social vers les Pays-Bas.

"Comme le groupe l'a expliqué, sa décision de transférer un nombre limité d'emplois vers son siège aux Pays-Bas entre dans une restructuration de long terme du groupe et n'est pas liée au départ du Royaume-Uni de l'UE", a réagi jeudi un porte-parole du gouvernement britannique.