Entreprise

La Belgique est célèbre dans le monde pour ses bières, ses chocolats, ses BD, ses diamants... Mais aussi pour ses médicaments. Jugez plutôt. En matière d'investissements dans la recherche pharmaceutique, la Belgique occupe la 7e place mondiale en valeur absolue. Le royaume occupe la 3e place mondiale (proportionnellement à la population) en nombre de médicaments en cours de développement et en nombre de publications scientifiques. Remarquable pour un petit pays ! Oui mais pour combien de temps encore ? Car, mondialisation oblige, il faut désormais compter avec des pays comme l'Inde, la Chine et Singapour qui mettent le paquet pour attirer des firmes pharmaceutiques dans leur pays, entrant ainsi directement en compétition avec la Belgique.

Pour sauvegarder et consolider la place dorée de la Belgique sur l'échiquier du médicament, quatre ténors de l'industrie belge, GlaxoSmithKline (GSK), Janssen Pharmaceutica, Pfizer et UCB ont créé une association de fait : le "Health, Science & Technology Group". Son but : sauvegarder et stimuler les activités de Recherche et Développement (R&D), de production et d'exportation.

" Nous voulons promouvoir la Belgique comme terre d'accueil des investissements pharmaceutiques ", a précisé Olivier Daubry, le directeur général de GSK. " Nous voulons éviter que la Belgique ne perde son leadership à cause de la concurrence des pays, notamment asiatiques, qui prennent des mesures en faveur de l'industrie pharmaceutique ", complète Didier Malherbe, administrateur délégué d'UCB.

Pour ce faire, la nouvelle association entend dialoguer avec les autorités belges afin d'améliorer le climat politique. Car, comme l'a souligné Cees Heiman, le CEO de Pfizer, " le gouvernement belge investit relativement peu dans la recherche en matière de santé et les coûts des activités de R&D sont significativement supérieurs aux autres pays" .

Pour faire entendre leur voix, les quatre firmes précitées ne manquent pas d'arguments. L'industrie pharmaceutique est, en effet, une locomotive de l'économie belge. " De tous les secteurs en Belgique, l'industrie pharmaceutique est celle qui investit le plus en R&D (NdlR : 1,5 milliard d'euros en 2004) et qui affiche la croissance la plus élevée", soulignent-elles. Avec 28 000 employés (dont 16 000 dans les quatre sociétés de l'association), la pharmacie est, après la chimie, le deuxième secteur qui emploie le plus de travailleurs en Belgique. Et, les quatre firmes rapportent 375 millions d'euros chaque année au Trésor public.

Pas concurrent à Pharma.be

Cette union sacrée ne fait pas concurrence, ont insisté ses promoteurs, à Pharma.be, l'association générale de l'industrie du médicament. " Nous restons membres de Pharma.be et notre plate-forme est complémentaire." Message bien reçu chez Pharma.be. "Pharma.be se focalise sur l'ensemble de la politique du médicament en Belgique. La nouvelle association cherche davantage à valoriser les investissements" , précise son porte-parole.