Entreprise

Le constructeur automobile allemand Volkswagen (VW), englué aux Etats-Unis dans le scandale des moteurs diesel truqués, a été enjoint de négocier avec des ouvriers de son usine de Chattanooga (Tennessee, sud) désireux de se syndiquer. 

Le Conseil fédéral des relations sociales (NLRB) a décidé mercredi que quelque 160 ouvriers avaient le droit de rejoindre le syndicat du secteur United Automobile Workers (UAW), a-t-on appris jeudi de source syndicale.

Mais le constructeur a indiqué dans un communiqué jeudi après-midi à l'AFP avoir déposé un recours devant une cour d'appel fédérale. Début avril, il avait déjà fait appel d'une précédente décision du NLRB donnant gain de cause aux ouvriers. Le Conseil fédéral vient de confirmer sa position.

De telles négociations seraient une première pour une usine appartenant à un constructeur européen ou asiatique dans le sud des Etats-Unis, où l'UAW est généralement tenu à l'écart.