Entreprise C’est le credo d’Ignace Van Doorselaere, CEO de Neuhaus. Qui veut "bien" s’implanter en Belgique et dans des marchés et villes clés.

Les stores, les fauteuils et les tables du bureau d’Ignace Van Doorselaere arborent une jolie couleur chocolat. Son pantalon aussi. Heureuse coïncidence sans doute… Nous sommes à Vlezenbeek où sont réalisées l’entièreté des pralines Neuhaus et une partie des Corné-Port- Royal. Car Neuhaus est propriété du holding coté Bois Sauvage, au même titre que Corné-Port-Royal, racheté en 2013 au groupe Distripar (filiale de la CNP). Tout comme la marque Jeff de Bruges et la société wavrienne Artista… Chiffre d’affaires global : près de 200 millions d’euros. Ignace Van Doorselaere est, depuis le début de cette année, le nouveau CEO de Neuhaus et, à ce titre, chapeaute les marques Neuhaus et Corné-Port-Royal - "une marque qui a du potentiel, surtout en Be lgique" , à suivre… - de même que les ateliers de Vlezenbeek. En tout, 380 personnes.

"Mon arrivée est le fruit du hasard", raconte, dans un français parfait, ce natif de Gand. "J’avais annoncé chez Van de Velde que je voulais arrêter. Nous avions convenu que ce serait pour la fin 2016. Nous étions en mars, il me restait 9 mois pour trouver un autre job. Je ne pensais pas à Neuhaus; c’est un chasseur de têtes qui m’a contacté en juin et il ne s’est passé que 3 ou 4 semaines entre le premier rendez-vous et la poignée de mains finale." Van de Velde, groupe spécialisé dans la lingerie (marques Marie Jo, PrimaDonna, etc.), fut également un heureux hasard. Qui dura 12 ans. Il était aussi resté 12 ans chez InBev. "Je travaille en cycles de 12 ans", sourit-il. A chaque fois, le courant passe et Ignace Van Doorselaere se met à l’ouvrage.