Entreprise

Changements en perspective dans le paysage de la grande distribution aux Pays-Bas. Le géant néerlandais Vendex, holding détenant plusieurs entreprises actives dans le secteur de la distribution et du bricolage (Leroy Merlin, Hema, M&S, Dixons...) et connu en Belgique pour avoir mis la main sur Brico (ex-GIB), a en effet reçu une offre de rachat émanant d'un consortium emmené par Kohlberg Kravis Roberts (KKR) et comprenant également Change Capital Partners et Alpinvest Partners. Ces investisseurs proposent de reprendre 100pc de Vendex - 44000 collaborateurs, 1700 implantations dans 7 pays dont la Belgique, un bénéfice net de 4,4 milliards d'euros lors de l'exercice 2002/2003 - au prix de 16 euros par action. Soit au total 1,46 milliard d'euros.

La probabilité que l'opération se concrétise est grande même si des opérations de «due diligence» doivent encore avoir lieu. «Le conseil de surveillance et le conseil d'administration de Vendex KBB sont favorables à cette offre et sont entrés dans des négociations exclusives avec le consortium KKR», a précisé Vendex dans un communiqué, ajoutant pouvoir fournir des précisions supplémentaires d'ici deux à trois semaines.

Management sous pression

Cela fait plusieurs mois maintenant que le management de Vendex est sous pression pour trouver un candidat repreneur. En cause: la grogne des actionnaires de la société devant les performances décevantes de l'action, dont le cours a longtemps végété sous la barre des 10 euros.

L'an dernier, Petercam Nederland, filiale néerlandaise de la banque belge Petercam, avait été à l'origine de la création d'un syndicat d'actionnaires. Objectif: oeuvrer de telle manière à augmenter la valeur boursière de Vendex. Un syndicat dans lequel on retrouvait également la société américaine d'investissement K-Capital Partners. Ce syndicat a rencontré, à diverses reprises, le management du groupe néerlandais Vendex mais également des investisseurs et des professionnels du «private equity» susceptibles de s'intéresser à l'action Vendex.

Des efforts qui ont donc visiblement porté leurs fruits puisqu'aujourd'hui KKR propose de racheter Vendex avec une prime de 68 pc par rapport au cours de l'action au moment de la constitution de ce syndicat d'actionnaires. «La société a réagi de manière positive et constructive à la démarche de ce syndicat d'actionnaires et a été sensible à sa cause. C'est d'autant plus remarquable que cela a eu lieu aux Pays-Bas, un pays où existe au sein des entreprises de nombreux instruments de protection comme «l'administriekantoor» par exemple (certificats sans droit de vote», nous a expliqué Pierre Drion, le patron de Petercam en Belgique.

Le marché a apprécié lui aussi: le cours de l'action Vendex, cotée sur Euronext Amsterdam, a affiché hier un gain de 11,86pc à 15,66 euros.

© La Libre Belgique 2004