Entreprise

L’opérateur téléphonique Verizon, deuxième aux Etats-Unis derrière AT&T, a annoncé jeudi un bénéfice net en hausse de 13,4 % au deuxième trimestre, à 1,82 milliard de dollars, conforme aux attentes et tiré par une progression des recettes de l’Internet mobile. Rapporté au nombre d’actions, le bénéfice revient à 64 cents, exactement ce qu’avaient prévu les analystes. Le chiffre d’affaires s’affiche à 28,55 milliards de dollars, en hausse de 3,7 % et très proche des attentes (28,56 milliards de dollars).

Verizon, partenaire du groupe britannique Vodafone dans l’opérateur mobile Verizon Wireless, a annoncé que cette activité avait enregistré une progression de 7,3 % de son chiffre d’affaires, à 15,8 milliards de dollars. Le taux de pénétration des téléphones multifonctions parmi les abonnés au portable continue de progresser, pour atteindre 50 % contre 47 % trois mois plus tôt. "Nous sommes bien partis pour atteindre nos objectifs financiers et dégager une solide croissance à deux chiffres des bénéfices pour l’année", s’est réjoui le PDG Lowell McAdam, cité dans un communiqué. "Nous avons amélioré les marges des communications filaires par rapport au trimestre précédent, et nous prévoyons que cette tendance à l’amélioration se poursuivra durant le reste de l’année", a-t-il précisé. Le chiffre d’affaires des liaisons filaires a décliné de 3,1 % à 9,9 milliards de dollars, mais il est resté stable par rapport au premier trimestre.

M. McAdam a souligné que la progression des comptes particuliers, avec le développement des liaisons à fibre optique FiOS dont l’opérateur a relevé les tarifs, n’avait pas suffi à compenser le recul des comptes professionnels, expliqué notamment par l’affaiblissement de l’euro. "Sans cet impact nous aurions dégagé une croissance des recettes en dépit des difficultés dues à l’évolution du marché et à l’économie internationale", a fait valoir le directeur financier Fran Shammo.

Très surveillés, les chiffres de vente de l’iPhone ont été jugés bons par les analystes : Verizon, qui les commercialise depuis un peu plus d’un an, en a vendu 2,7 millions, 16 % de moins qu’au premier trimestre, mais 17 % de plus qu’il y a un an. Verizon a en revanche vendu plus d’exemplaires du Droid de Motorola (groupe Google). L’essor des smartphones se traduit logiquement par une augmentation des recettes tirées de l’Internet mobile (data), en hausse de 18,5 % à 6,9 milliards de dollars, ce qui représente 44 % des recettes des services de téléphonie mobile, et leur permet de dégager des marges record. (AFP)